Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Texte Libre

Recherche

Archives

9 mai 2011 1 09 /05 /mai /2011 17:26

L’AMBROISIE : Cette cuvée produite par J.L. Trocard porte bien son nom, bien que goûtée dans de mauvaises conditions (vin trop chaud). Belle couleur profonde. Le nez est joliment et sûrement boisé et les arômes très nets se dégagent avec élégance. Bouche ample et charnue, beaux tanins mûrs et inclus. **

DE CHAMBRUN : Couleur très puissante. Le nez est fortement marqué par les fruits noirs. La bouche est habilement boisée et enveloppante. Tanins séveux. *

LA FLEUR DE BOUARD : Beaucoup de couleur toujours. Un peu retenu au nez, mais on est sur du bel arôme, élégant. Bouche charnue et tanins soyeux, voilà un bel ensemble. *

PERRON LAFLEUR : Egalement goûté trop chaud. Beaucoup de couleur (comme il se doit). Le nez est expressif, très bien travaillé (beau boisé). Bouche ample et homogène, belle réussite. *

GRAND ORMEAU : Bien dans son style, très expansif, extraverti : coloré, nez riche et puissant. Bouche très charnue, tanins très « travaillés ».*

DE VIAUD : Belle couleur dense. Le nez est très qualitatif, élégant et joliment boisé. Bouche très ample et charnue, tanins très soyeux. Très belle bouteille. **

TOURNEFEUILLE : Couleur très dense. Il est impeccablement dans les canons du millésime pour la couleur, le fruit. La bouche ample et les tanins soyeux le complètent, pour un résultat complet. *

JEAN DE GUE : Couleur très forte. Le nez est marqué par un boisé toasté. Bouche ample et charnue et tanins soyeux, donnent un ensemble moderne, homogène, réussi. *

SIAURAC : Couleur très dense. Nez de belle qualité, dans le style du millésime, très mûr, très fruits noirs. Bouche serrée, très charpentée, un peu massive. Les tanins, très serrés sont intégrés. Il aura besoin de quelques années supplémentaires pour se rééquilibrer et fondre ses tanins.

LA SERGUE : Beaucoup de couleur évidemment. Nez classique du millésime, mûr, sur les fruits noirs. La bouche est serrée, mais légèrement massive, avec des tanins très fins et intégrés. Un peu « en force », mais homogène, il faudra attendre huit à dix ans qu’il calme sa fougue. *

Partager cet article

Repost 0
Published by Roger Lévy - dans notes de dégustation
commenter cet article

commentaires