Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Texte Libre

Recherche

Archives

4 avril 2010 7 04 /04 /avril /2010 21:07

Dégustés à l’Union des Grands Crus et à l’Alliance des Crus Bourgeois. (Plus Labarde au Château de Rochemorin).

 

Château BEAUMONT : Noir à reflets violacés. Le nez est sur les fruits noirs, cassis et mûre, note de pruneau. La bouche est très structurée. C’est assez homogène. Bien.

Château BELGRAVE : Noir d’encre. Le nez est marqué par un fort boisé, un peu outré. La bouche est sur-extraite, avec des tanins auxquels s’ajoutent ceux du bois. Cela donne une sècheresse finale. Où est le plaisir ?

Château CAMENSAC : Couleur dense à reflets violacés. Le nez est joliment fruité et a même une nuance florale. La bouche est plus « naturelle » que celle de Belgrave (même propriétaire), avec un meilleur équilibre, et des tanins soyeux. Moins ambitieux, plus réussi. *

Château CANTEMERLE : Couleur presque opaque. Le nez est finement boisé et s’appuie sur un joli fruit. La bouche est bien construite, élégante, tanins soyeux et bien inclus. *

Château CITRAN : couleur dense. Débarrassé de ses excès de bois des années précédentes, le vin respire et présente un très joli fruit. La bouche est fin, élégante, structurée de façon homogène et présente des tanins soyeux. Le meilleur Citran jamais dégusté. *

Château COUFRAN : Avec 85 % de merlot ce vin est original dans son appellation. On retrouve le nez très mûr, avec une nuance de cachou. La bouche est ronde, enveloppée, avec un toucher soyeux. C’est très bon et très plaisant. *

Château de LAMARQUE : Couleur presque noire. Quoiqu’encore marqué fortement par le bois, on n’est plus, ici non plus dans l’excès des années passées. On est également revenu sur une extraction de matière maximale. Le vin est plus vivant et offre, à coup sûr, plus de plaisir. Le meilleur Lamarque jamais dégusté.

Château LA LAGUNE : très belle couleur dense. Le nez est d’une très belle élégance, finement boisé, avec des notes florales, plus des fruits noirs. La bouche est très harmonieuse, avec de la profondeur. Tanins soyeux et bien inclus. Beau vin. **

Château LA TOUR CARNET : Couleur très noire. Le nez est dominé  (largement) par le boisé. La bouche est très serrée, austère, avec des tanins malheureusement un peu secs.

Château MALESCASSE : Couleur très dense. Le nez est puissant, finement boisé et finement fruité (myrtille). La bouche a une bonne puissance et des tanins inclus. Le meilleur Malescasse jamais dégusté.

Château d’AGASSAC : (Ludon-Médoc). Très sombre, très extraitLe nez est très serré, peu expressif. Il paie son extraction poussée d’un manque de finesse et d’élégance. Assez massif, avec des tanins un peu secs.

Château BARATEAU : (Saint-Laurent du Médoc). Il offre un ensemble assez facile d’accès, avec une bonne couleur et un peu de fond. C’est dosé pour être accessible dans trois ans, mais agréable.

Château BEL-AIR : Il fait partie du prestigieux groupe des vignobles Henri Martin (Château Saint-Pierre, Château Gloria) et cela se ressent. Il offre un ensemble très qualitatif. Beaucoup de couleur. Le nez est très mûr, avec un boisé de qualité et juste. La bouche est assez dense, construite, avec de bons tanins. Le tout est très homogène. **

Château BELLE-VUE : (Labarde) Très belle couleur, dense. Le nez est très « habillé » d’un boisé de grande qualité. La bouche est assez pleine et les tanins fins. Cependant il ne retrouve pas la grâce qu’il avait l’an dernier. *

Château de BRAUDE : Vinifié par la talentueuse équipe de château Mongravey à Arsac, il est d’une couleur profonde. Le nez est très élégant, très fin, justement boisé. La bouche est sensuelle et élégante. Très beaux tanins soyeux. **

Château CHARMAIL : (Saint-Seurin-de-Cadourne)  Beaucoup de couleur. Le nez est très élégant, basé sur un fruit de qualité. La bouche a de la puissance, de l’ampleur. Elle est dense, structurée, avec de la profondeur. C’est une réussite exemplaire. **

Château CLEMENT-PICHON : (Parempuyre). Lui aussi est séveux, consistant, dense, avec une belle élégance. C’est du solide ! **

Château DEVISE D’ARDILEY : (Saint-Laurent-du-Médoc). Pas net au nez, bouche moyenne.

Château HOURTIN-DUCASSE : Le fruit est au premier plan, mais cela manque de grâce et de finesse. La bouche est assez dense, mais l’ensemble est assez rustique.

Château LABARDE : Parcelle de Château Dauzac hors appellation Margaux. Très jolis arômes, très purs. Le nez est puissant. Bouche charnue, ample., avec de jolis tanins fins. Un joli vin facile, de plaisir.

Château LALAUZETTE-DECLERCQ : Couleur assez dense. Le nez est élégant. La bouche, de moyenne densité est agréable, avec des tanins fins. L’ensemble est réussi, mais plutôt facile d’accès et sera vite prêt à boire (2013).

Château LIEUJAN : (Bégadan). Beaucoup de couleur. Le nez est sur les fruits noirs. L’ensemble est assez massif et manque de distinction, de grâce. Tanins un peu secs.

Château TOUR HAUT-CAUSSAN : (Blaignan). Belle couleur dense. Le nez est de très belle qualité, complexe et avenant. La bouche est justement extraite, ample avec des tanins de très beau grain. **

Château VIEUX ROBIN « BOIS DE LUNIER » : (Bégadan). Couleur moyenne. Nez de qualité, vineux. La bouche est puissante. Avec une bonne liquidité et des tanins sans agressivité. Assez vite prêt mais plaisant. *

Château SENEJAC : (Le Pian-Médoc). Belle couleur dense. Nez de qualité, assez élégant. La bouche est de bonne densité, assez puissante, avec des tanins fins.

Château REYNATS : (Cissac-Médoc). Couleur moyenne. La bouche également manque de conviction. Légèrement dilué. Tanins fins.

Château REAL : Couleur très dense. Le nez est assez flatteur, avec un boisé de grand luxe. On sent de l’ambition et beaucoup de travail en retour de bouche (certainement sur fermentation malo-lactique, sur micro-bullage et autres techniques). Tanins fins.

Château PEYRABON : (Saint-Sauveur-en-Médoc). Belle couleur profonde. Le nez est de grande qualité, élégant, fin, et boisé avec justesse. La bouche est à la fois digeste et profonde, et les tanins sont inclus. **

Château PALOUMEY : (Ludon-Médoc). Beaucoup de couleur. Le nez est assez nettement boisé. Bouche assez ample, mais les tanins sont un peu secs.

Château MOULIN-ROUGE : (Cussac-Fort-Médoc). Beaucoup de couleur. Le nez est plutôt sur les fruits rouges. La bouche est fortement structurée. Les tanins et l’ensemble sont un peu rustiques.

Château MAUCAMPS : (Macau) : Belle couleur. La nez est élégant, avec un boisé discret. La bouche offre une bonne « buvabilité », mais avec de la matière en bouche, et des tanins fins. **

Château TAFFARD DE BLAIGNAN : (Ordonnac). Couleur moyenne. Le nez est agréable, sur le fruit. Un peu de bois, discret. La bouche est de densité moyenne, avec des tanins discrets, pour un ensemble assez facile d’accès.

Repost 0
Published by Roger Lévy - dans notes de dégustation
commenter cet article
4 avril 2010 7 04 /04 /avril /2010 16:42

Dégustés à l’Union des Grands Crus et à l’Alliance des Crus Bourgeois.

 

Château l’ARGENTEYRE : (Bégadan). Belle couleur. Le nez est joliment habillé, sur fruit de qualité. On y trouve une élégance notable, du charnu et des tanins fins. *

Château d’ESCURAC : (Civrac-en-Médoc). Beaucoup de couleur. Le nez est riche, complet, avec un boisé juste. La bouche harmonieuse, allie puissance, élégance, et finale de qualité. Bon travail ! *

Château LA FLEUR LA MOTHE : (Pauillac). « Projet » de trois œnologues, il est intéressant de voir e résultat. Couleur moyenne. Le nez est très plaisant, séduisant, joliment fruité. La bouche est de densité moyenne, mais l’ensemble est fin, très agréable, avec des tanins soyeux. Un vin très plaisant, assez vite prêt sans doute, mais apte à donner du plaisir. *

Château FONTIS : (Ordonnac). Beaucoup de couleur. Le nez est très typique du millésime, très cabernet. La bouche est assez puissante, assez dense. Tanins très fins.

Château GREYSAC : (Bégadan). Bonne couleur dense. Le nez est fruité, plaisant. On a semble t’il abandonné le « tout-bois ». Le vin « respire » et la richesse en bouche est tout à fait plaisante. Tanins très fins, le meilleur Greysac jamais dégusté. *

Château LA CARDONNE : (Blaignan). De la couleur. Bon boisé. Le nez est net et assez élégant. La bouche est structurée, assez puissante. Tanins très fins pour un ensemble harmonieux. *

Château LA TOUR DE BY : (Bégadan). Couleur dense, comme beaucoup de vins du millésime. Le nez est finement boisé et le fruit bien présent. La bouche est bien construite, avec du volume, et des tanins très fins. Bon ensemble. *

Château LES GRANDS CHÊNES : Beaucoup de couleur. Le nez est fortement marqué par le bois sur des fruits noirs. La bouche est assez dense. On a extrait un maximum de matière et gommé (en partie) les tanins, qui demeurent un peu secs.

Château L’INCLASSABLE : Beaucoup de couleur. Le nez est puissant et très net. La bouche se définit d’abord par sa puissance, mais le retour se fait sur un magnifique fruité riche. Tanins de qualité. *

Château LOUDENNE : (Saint-Yzans-de-Médoc). Jolie couleur rubis. Le nez est joliment fruité. La bouche est assez puissante, ronde, avec de bons tanins. Superbe dans 5 ans.

Château LOUSTEAUNEUF : (Valeyrac). Beaucoup de couleur. On frise la sur-extraction. Le nez est puissant et  très cassis-mûre. Bouche puissante et concentrée. Les tanins sont très fins. Beau travail. *

Château MAISON-BLANCHE : (Saint-Yzans-de-Médoc). Couleur assez dense. Le nez est légèrement boisé. La bouche très finement construite. De l’élégance, de la profondeur, tanins soyeux. Très joli vin au profil classique. *

Château NOAILLAC : (Jau Dignac et Loirac). Couleur dense. Le nez est une alliance de bois et de fruits noirs. La bouche est de bonne densité, puissante, avec des tanins fins.

Château LES ORMES SORBET : (Couquèques). Belle couleur. Le nez est très fin, élégant et finement boisé. La bouche est de densité moyenne, avec des tanins de très belle qualité, soyeux. **

Château de PANIGON : (Civrac-en Médoc). Presque noir, à reflets violacés. Le nez sur les poivrons, les petits fruits noirs. La bouche est assez élégante. Pas très charnue, mais beaux tanins.

Château PATACHE D’AUX : (Bégadan). Bonne couleur. Le nez est marqué par un boisé un peu « planche ». La bouche manque de puissance et de concentration. C’est un vin assez facile qui pourra être apprécié dès 2013-14.

Château LE PEY : (Bégadan). Couleur assez dense. Le nez est très expressif. Mais le corps est moyen et s’achève par des tanins assez secs.

Château POITEVIN : (Jau Dignac et Loirac). Beaucoup de couleur avec un nez de type très mûr. On a beaucoup extrait, en limite d’excès. De la puissance comme style central, au détriment des tanins, un peu secs.

Château PREUILLAC : (Lesparre). Beaucoup de couleur. Beau travail pour une vinification très juste. Vin très harmonieux, joliment fruité et charnu avec des tanins fins. *

Château RAMAFORT : (Blaignan-Médoc). De la couleur, du fruit. Jolis arômes élégants. Très belle structure et des tanins d’un grand soyeux. Un vin en 3D. **

Château ROLLAN DE BY : (Bégadan). Couleur profonde. Le nez est marqué par un fort boisé, très luxueux. La bouche est de structure relativement légère, avec des tanins très fins. Un peu surdimensionné.

Repost 0
Published by Roger Lévy - dans notes de dégustation
commenter cet article
31 mars 2010 3 31 /03 /mars /2010 00:04

Suite de la présentation des vins de 2009 en Pessac-Léognan. Voici les rouges.

 

Château BARET : Couleur profonde. Nez sur les fruits noirs. Un peu de réglisse. Bouche serrée, structurée, tanins abondants, mûrs, fins.

Château BARDINS : Beaucoup de fruit, très mûr, très gourmand, pour ce vin à la couleur très dense. Les tanins sont totalement inclus. En dehors de ce fruit explosif on aimerait un peu plus de complexité et de fond.

Château BAULOS-CHARMES : Présentation normale. Le nez est fin et élégant, note de cacao, de réglisse. Bouche bien construite, joli vin. *

Château BOUSCAUT : Couleur profonde. Nez élégant, de la profondeur, un bon équilibre, des tanins de classe. Bien. Ce château est en train de faire de gros progrès.**

Château BROWN :Du charme, de jolis arômes de fruits noirs et rouges. Une bonne structure, adaptée à la puissance moyenne du vin. Tanins de qualité.

Château LE BRUILLEAU : Bonne présentation. Ici aussi, du charme, des arômes de raisin bien mûr. Une structure moyenne et des tanins fins adaptés au vin.  Joli vin. *

Château LES CARMES HAUT-BRION : Belle présentation. Nez complexe et de belle noblesse. La bouche est sensuelle, subtile, avec des tanins soyeux en finale. Très classique. ***

Château CARBONNIEUX : Couleur profonde. Nez élégant, avec une note résineuse. La bouche est moyennement dense, avec une bonne profondeur et des tanins très fins. *

Château HAUT-VIGNEAU : Bonne couleur. Le nez est élégant et gourmand. Bouche de densité moyenne. Tanins, fins. Vin assez facile.

Château LAFON-MENAUT : Couleur dense. Le nez est sur les fruits noirs. Bonne densité mais manque de profondeur et d’élégance. Un vin immédiat.

Domaine de LA SOLITUDE : Bonne couleur. Le nez est plutôt élégant, complexe, bouche de densité moyenne. Les tanins manquent de grâce.

Château LESPAULT-MARTILLAC : Beaucoup de couleur. Le nez est marqué par le merlot, qui domine dans l’encépagement. De la chair, une bonne puissance, avec des tanins très fins. *

Domaine de CHEVALIER : Couleur profonde. Le nez est extrêmement élégant et noble. La bouche n’a pas une extrême densité, c’est sûr, mais c’est sur la finesse qu’elle s’exprime. Beau vin. **

Château COUHINS : Le nez est sur des notes fumées et viandées. Bouche moyennement dense. Du charme, mais manque de consistance

Château COUHINS-LURTON : Beaucoup de couleur. Le nez « merlotte », le boisé est bien ajusté. Bouche ample et ronde, avec des tanins veloutés. **

Château de CRUZEAU : Couleur assez profonde. Le nez est sur les fruits noirs, typé cabernet. Bouche moyennement dense, tanins fins.

Château de ROCHEMORIN : Belle couleur. Le nez est marqué par un boisé un peu chaud, heureusement pas trop fort. La bouche est moyennement dense, et s’exprime plus sur l’élégance. Tanins soyeux. *

Château LA LOUVIERE : Beaucoup de couleur. Le nez est également marqué par le même boisé. La bouche est dense, ronde, mais offre une plus grande profondeur que Couhins-Lurton. Tanins également veloutés. **

d’EYRAN : moins extrait que les deux précédents, il évolue dans le registre de l’élégance et de l’équilibre. Tanins très fins.

Château FERRAN : Bonne couleur. Du poivron au nez, assez variétal. Il manque d’élégance et de complexité. Tanins mûrs.

Château de FIEUZAL : Beaucoup de couleur. Le nez est élégant, d’une bonne complexité. La bouche est assez dense, avec des tanins soyeux.

Château HAUT-GARDERE :  Couleur dense. Le nez est légèrement variétal. La bouche est assez dense, sur un bon équilibre. Tanins fins.

Château de FRANCE : Sur une structure très homogène, il se développe avec élégance. Bonne longueur tanins très fins. *

Château LA GARDE : Couleur assez profonde. Le nez est assez monocorde, il manque de complexité. Ce coté « attendu » se retrouve en bouche, pour un vin très –trop- travaillé. Tanins fins.

Château de GRANDMAISON : Couleur assez profonde. Le nez est assez simple, il manque de complexité. La bouche est également assez schématique, avec des tanins fins.

Château d’ECK : Noir violacé. Le nez est très mûr, limite surmûri. La bouche est très charnue et très travaillée également Tanins très veloutés.

Château HAUT-BACALAN : Couleur profonde. Le nez est marqué par la prise de bois, qui parasite le fruit. Densité moyenne. Il cherche son équilibre et du charme, dont il manque actuellement.

Château HAUT-BAILLY : Couleur très profonde. Le nez est extrêmement raffiné, élégant. La bouche offre un équilibre parfait, crémeux, avec des tanins au velouté inégalable. ***

Château HAUT-BERGEY : Couleur profonde. Le nez est très élégant, avec un boisé qui s’intègre bien. La bouche se développe longuement, vers des tanins très fins. **

Château BRANON : On est loin de la sur-extraction et du sur-boisage que l’on connaissait par le passé. Le nez y a gagné de l’élégance et l’ensemble en homogénéité. Beaux tanins. *

Château HAUT-LAGRANGE : Reste trop sur le fruit et  le premier niveau, pour un vin de cette appellation. Cela manque de complexité, de fond.

Château HAUT-NOUCHET : Bonne couleur. Le nez allie finesse et élégance à une bonne maturité. La bouche est harmonieuse, se développe bien, et s’achève sur de bons tanins. La renaissance constatée sur le blanc est également visible sur le rouge.

Château HAUT-PLANTADE : Bonne couleur. Le nez est assez fin et élégant. Bon équilibre en bouche, tanins fins.

Château JAULIEN : Bonne couleur. Le nez est de bonne qualité, avec une profondeur certaine et des tanins au grain fin.

Château LAFARGUE : Assez bien habillé par le boisé. Le nez et la bouche restent un peu trop basiques. Tanins fins.

Château LARRIVET-HAUT-BRION : Couleur très profonde. Le nez est marqué par un boisé qui apporte des notes torréfiées inutiles. La matière est très belle, avec de l’élégance et des tanins soyeux. *

Château LATOUR-MARTILLAC : Bonne couleur. Le nez est élégant, fin. La bouche est moyennement constituée, mais harmonieuse. Bons tanins. *

Château LEOGNAN : Noir violacé. Le nez est assez basique, marqué par la très forte maturité des raisins. La bouche est riche, mais manque de profondeur.

Château LUCHEY-HALDE : Très bonne couleur. Le nez est très élégant, avec une jolie note framboisée. Bonne matière, jolis tanins. Joli vin, très plaisant. *

Château MALARTIC-LAGRAVIERE : Belle couleur. Le nez est de grande classe, élégant. La bouche est très équilibrée –haut- avec ampleur et longueur. Vin dynamique, tanins fins. ***

Château GAZIN-ROQUENCOURT : Belle couleur. Le nez est riche et puissant. La bouche également s’exprime sur la puissance, il lui manque un peu d’élégance, mais ce n’est pas mal.

Château MALLEPRAT cuvée CLEMENCE : Couleur profonde. Le nez est riche, avec un boisé qualitatif, qui s’intègre bien. La bouche a de la structure mais l’élevage me semble disproportionné pour le vin.

Château MANCEDRE : Bonne couleur. Nez marqué par le bois. Bouche moyennement dense et tanins légèrement secs.

Château PONT SAINT-MARTIN : Belle couleur profonde. Le nez est gourmand, avec un fruit à la juste maturité. Bouche juteuse, charnue, avec du fond. C’est bon. *

Clos MARSALETTE : Belle couleur. Le nez est élégant, justement boisé. La bouche est charnue avec un bon développement et des tanins de qualité. *

Château OLIVIER : Bien composé dans son ensemble. Il est juste, de bout en bout, avec une bonne profondeur en bouche. **

Château LE PAPE : Beaucoup de couleur. Le nez est un peu variétal, il manque de classe, de précision. La bouche est charnue, mais manque de profondeur. Amertume finale.

Château PAPE CLEMENT : Couleur dense. Le nez est extrêmement élégant, avec un bois habilement dosé. L’ensemble est harmonieux et élégant. Du grand art. ***

Château PICQUE CAILLOU : Couleur assez profonde. Le nez est fin et élégant, bien dégagé. La bouche est moyennement puissante, avec une belle construction. Joli vin classique. *

Château PONTAC-MONPLAISIR : Belle couleur. Le nez est élégant. De bonne noblesse. La matière est bien répartie Petite amertume finale due au bois. *

Château PONTET-CAILLOU : Lui aussi a cette petite note de café, mais le fruit est plaisant, avec une matière moyenne. Assez tendre et facile.

Château ROCHE-LALANDE : Celui-ci aussi est marqué par un excès de bois qui rend la finale desséchante.

Château ROUILLAC : Beaucoup de couleur. Le nez manque de complexité, et la bouche confirme cette impression.

Château LE SARTRE : Bonne intensité colorante. Le nez est fin, élégant, d’une maturité juste. La bouche est bien construite. Du charme, appuyé par de bons tanins.

Château SEGUIN : Bonne densité et harmonie d’ensemble. Vin bien constitué. Vinification juste, bonne réussite. *

Château CANTELYS : Directement abordable, charnu, avec un fruit exubérant. Il offre des tanins très riches et s’affiche rapidement buvable.

Château SMITH HAUT-LAFITTE : Très belle matière, ample puissante, avec un long développement en bouche. Vin dynamique, à la finale veloutée. ***

Château LE THIL COMTE CLARY : Belle réussite, avec un vin bien composé de bout en bout, de l’ampleur, de la chair. Beaux tanins en finale. Une expression classique du terroir. *

Château TRIGANT : Le nez manque un peu de classe et de complexité. Bonne structure en bouche, avec des tanins très fins.

Repost 0
Published by Roger Lévy - dans notes de dégustation
commenter cet article
29 mars 2010 1 29 /03 /mars /2010 23:10

Le syndicat de l’appellation Pessac-Léognan a donné rendez-vous aux dégustateurs au château Smith-Haut-Lafitte, par un temps très printanier (20 ° de température extérieure), pour la présentation du millésime 2009, tant attendu et précédé d’une réputation flatteuse. Voici pour commencer, le Pessac-Léognan blancs.

 

Château BARET : Agrumes bien mûrs, écorce d’orange. Bon volume, du gras, de la puissance. En revanche, il manque d’un petit peu de fraîcheur.

Château BARDINS : Ni très fin, ni très élégant. On a ici des notes étonnantes de praliné noisette, autrement dit de caramel (chauffe du bois, surmaturité)

Château BOUSCAUT : Assez nettement marqué par le bois. Toutefois en bouche il montre une grande finesse et un bon équilibre. En cela il est réussi. **

Château BROWN : Notes florales mêlées aux agrumes. De la finesse plus que de la puissance. C’est agréable mais demeure assez petit.

Château LE BRUILLEAU : Très joli nez, vif, à dominante agrumes. Lui aussi joue la carte de la finesse et de l’élégance. C’est très intéressant. *

Château CARBONNIEUX : Le boisé est justement choisi. Le nez est riche, qui introduit une bouche ample, bien équilibrée avec une bonne fraîcheur. Un très beau Carbonnieux. **

Château LAFON-MENAUT : Bonne présence olfactive, de type mûr. La bouche est ample et équilibrée, le tout est bien ajusté. *

Domaine de LA SOLITUDE : Nez marqué par des agrumes bien mûrs. La bouche allie puissance et ampleur à une bonne profondeur. Le tout dans un bon équilibre. *

Château LESPAULT-MARTILLAC : Le boisé est déjà très présent, et de style un peu trop chauffé. Le nez en est marque, ce boisé domine toute la perception olfactive. La bouche est plutôt puissante, avec un beau volume en bouche. Ce vin m’apparaît très « travaillé ».

Domaine de CHEVALIER : Nez moyennement puissant, sur les agrumes également. La bouche se développe progressivement, avec, en retour une puissante note de menthe poivrée. Le développement est long, avec une belle élégance. ***

Château COUHINS : Expression assez simple du sauvignon, avec des notes de buis. La bouche s’organise autour d’une vive fraîcheur.

Château COUHINS-LURTON : Très sauvignon également, mais ici, il est mûr. Finesse, plénitude, avec un long développement et un bon équilibre. *

Château de CRUZEAU : Les agrumes dominent également un fin boisé, discret. La bouche est assez ample, avec un bon équilibre général. Très typique du château ce vin a un bon potentiel.

Château de ROCHEMORIN : Très beaux arômes d’agrumes, orange très nette, avec une petite amertume non-dérangeante. La bouche offre un joli volume, une bonne profondeur. Un vin de plaisir. **

Château LA LOUVIERE : Très belle attaque aromatique puissante t riche de nuance. La bouche s’exprime en puissance, mais avec un développement remarquable. Très réussi. ***

Château FERRAN : Très uni dans son ensemble, très homogène. Grand équilibre, pour un à consommer assez vite, avec un potentiel de garde de quelques années. *

Château de FIEUZAL : Belle attaque avec le nez sur les agrumes, de bonne maturité. La bouche est assez puissante. Elégance et profondeur pour suivre. **

Château de FRANCE : Très complet et équilibré, avec un bon développement et une bonne longueur. **

Château LA GARDE : Les agrumes bien présents au nez, une puissance moyenne, du volume et une bonne longueur. Un peu lisse.

Château de GRANDMAISON : Le nez est flatteur, très « jus d’orange ». la bouche est un peu diluée et finit un peu court.

Château HAUT-BERGEY : Dominé par un boisé un peu « chaud », dont les notes torréfiées parasitent le fruit. Heureusement, ce boisé laisse la finale pure. Puissance et richesse, avec une bonne longueur. **

Château HAUT-LAGRANGE : Cela manque d’expression au niveau aromatique. La bouche est également assez simple. C’est un vin un peu neutre.

Château HAUT-NOUCHET : Moyennement puissant dans son ensemble, mais net et précis. De l’élégance. Le changement de propriétaire est une renaissance. *

Château HAUT-PLANTADE : Joli nez, plutôt complexe et élégant. De puissance moyenne, il est équilibré et long. **

Château LAFARGUE : Le nez est plaisant. Bouche bien équilibrée, avec une bonne présence. Du charme. *

Château LARRIVET-HAUT-BRION : Avec un peu plus de finesse mais moins de présence que son voisin La Louvière, il présente une bouche riche, ample complexe et élégante. Le boisé est un peu envahissant en début de bouche mais il laisse la finale nette. Harmonieux. **

Château LATOUR-MARTILLAC : Très beaux arômes, très « orangés ». Boisé un peu « chaud » quoique non-dominant. Une progression en bouche intéressante.  **

Château LUCHEY-HALDE : Il reste relativement simple dans son expression, mais il est bien construit. Assez long.

Château MALARTIC-LAGRAVIERE : Très belle expression aromatique, complexe, avec une bouche puissante, ample, très équilibrée et longue. Un beau vin. ***

Château MALLEPRAT : On est ici plutôt sur le pomelo et le citron que sur l’orange. Fin et élégant, il est moyennement puissant, mais d’une bonne longueur. *

Clos MARSALETTE : très belle expression aromatique, élégante. Il se développe en bouche de façon très harmonieuse. S’il est moyennement puissant, il est très élégant. **

Château OLIVIER : Bonne définition aromatique. Belle composition, avec une fraîcheur bienvenue. Bon développement en bouche. Il manque d’un peu de personnalité pour atteindre le plus haut niveau. **

Château PAPE CLEMENT : Beaucoup plus libéré du boisé que d’habitude, il s’exprime avec élégance et finesse, avec une certaine retenue. Petit manque de fraîcheur. **

Château PICQUE CAILLOU : Beaucoup de finesse et d’élégance, qui pallient un certain manque de puissance. Bonne longueur. *

Château PONTAC-MONPLAISIR : Joli nez élégant, fin. Avec un boisé très crémeux. Bouche de moyenne puissance et bonne longueur. **

Château ROCHE-LALANDE : On est plutôt ici sur des notes florales que sur les agrumes. Le boisé, bien que pas très présent, introduit des notes peu agréables. La bouche est vive et fine. Vinification pas très adroite.

Château ROUILLAC : Ce vin manque de personnalité. Il s’exprime dans une honnête moyenne, mais sans être convaincant.

Château LE SARTRE : Bonne présentation, avec des agrumes bien mûrs. La bouche moyennement puissante et une bonne fraîcheur finale. Cohérent. *

Château CANTELYS : Quoiqu’encore assez fortement marqué par l’élevage, le bois est, cette fois, moins dominant. Il donne au vin beaucoup de gras, de puissance en bouche, plus que de finesse et d’élégance. *

Château SMITH HAUT-LAFITTE : Il domine son boisé avec une belle maturité, puissance et ampleur. Il manque, à mon sens, une toute petite fraîcheur supplémentaire pour gagner en élégance. **

Repost 0
Published by Roger Lévy - dans notes de dégustation
commenter cet article
22 mars 2010 1 22 /03 /mars /2010 18:03

Le Mas de Cadenet est situé à Trets, à l’est d’Aix-en-Provence, au nord-est de Marseille, au pied de la Sainte-Victoire, la montagne qui inspira tant Paul Cézanne par son paysage prenant des couleurs toujours nouvelles. Il appartient à la famille Négrel depuis 1813. Il compte 45 ha d’un seul tenant, dont 40 en AOC Côtes de Provence-Sainte-Victoire et 5 en AOC Côtes de Provence (l’Arbaude). Le domaine est mené en culture raisonnée (Label Nutrition Méditerranée) et contrôlé par un laboratoire indépendant.

 http://img691.imageshack.us/img691/1716/vignesaintevictoire.jpg

L’ARBAUDE blanc 2009 : (100 % ugni blanc). Joli nez sur les genêts, les fruits blancs. La bouche est de bonne ampleur, et d’une bonne longueur. *

MAS DE CADENET blanc 2009 : (Rolle 100 %) Joli nez sur les fruits blancs, avec une note de berlingot. Bouche ample, riche, avec une belle finale fraîche. *

MAS NEGREL-CADENET blanc 2007 : 100 % Rolle, élevage 1/3 de bois neuf. Le boisé est encore marque mais bien choisi. Il nécessite un an pour se fondre. De beaux arômes d’agrumes, de fruits blancs. Bouche très ample et belle longueur. Un blanc de gastronomie.

L’ARBAUDE rosé 2009 : (Grenache, Cinsault, Carignan) Joli nez précis, sur les fruits rouges. La bouche est fraîche et désaltérante. C’est un rosé apéritif au sens premier du mot.

MAS DE CADENET rosé 2009 : (Grenache, Cinsault, Syrah) Les arômes sont frais et précis, finement fruits rouges. La bouche gagne en profondeur par rapport au précédent. Vin précis et équilibré, avec une finale fraîche.***

MAS NEGREL-CADENET rosé 2008 : (Grenache, Cinsault, Syrah, avec un rendement à l’ha de 35 Hl). Vinifié sous bois. C’est très réussi, fruits rouges et épices, avec un boisé bien intégré, fondu. La bouche est très ample, puissante. C’est un beau rosé de table, pour accompagner une viande par temps chaud. Equilibré et ample. **

L’ARBAUDE rouge 2008 : (Syrah, Cabernet-Sauvignon, Carignan). Arômes très purs (cerise) puis fruits rouges et noirs. Bouche gourmande, souple, avec des tanins sans agressivité, d’un grain fin. Boire frais, sur le fruit. *

MAS DE CADENET rouge 2007 : (grenache, Syrah, Cabernet Sauvignon) Très belle couleur dense, profonde, fraîche. Le nez est très gourmand (fruits rouges et noirs) avec, en plus, des notes cacaotées, épicées. Tanins soyeux, très beau vin. ***

MAS NEGREL-CADENET rouge 2004 : (Grenache, Syrah, Cabernet-Sauvignon) La  couleur est fraîche et profonde. Un peu de bois subsiste au nez. La bouche est très bien structurée, charnue, avec des notes de cacao et de viande grillée. Les tanins sont encore vigoureux. *

MAS NEGREL-CADENET rouge 2007 : Magnifique palette aromatique de fruits noirs et rouges. La bouche a une belle densité, de la gourmandise, du fond, de la structure. Tanins soyeux, le boisé est très inclus. Grand millésime. ***

VIN CUIT DE PROVENCE CUIT AU FEU DE BOIS Moût cuit à 40 ° maximum pour ne pas tuer les levures), avant la fermentation. Aromes de fruits confits, La bouche n’est pas du tout sirupeuse, avec son côté fumé très présent et qui perdure en bouche longuement. La finale rappelle les treize desserts provençaux de Noël : ils sont tous là dans cette finale longue, longue. Un délice. ***

Repost 0
Published by Roger Lévy - dans notes de dégustation
commenter cet article
22 mars 2010 1 22 /03 /mars /2010 16:52

Le Château Léoube est une magnifique propriété de 650 ha située à Bormes-lesMimosas. Elle compte seulement 60 ha de vigne. Elle appartient à sir Anthony Bamford, propriétaire de la marque JCB qui fabrique des engins de chantier. Il en a confié la direction à Jean-Jacques et Romain Ott, pour y produire des vins de grande qualité, ne rechignant pas sur les investissements.

LEOUBE Rosé 2009 : (Grenache, Cinsault, Syrah) Vin ayant effectué sa fermentation malo-lactique. Jolis arômes de fruits rouges, puissants. Bouche ronde, ample, souple. Rosé caressant, avec une puissance assez grande, finale épicée. Beaucoup de souplesse. *

SECRET DE LEOUBE rosé 2009 : Grenache, Cinsault, Syrah. Plus puissant et structuré, il possède le même style aromatique et la même rondeur en bouche, dus à la fermentation malo-lactique. **

LEOUBE blanc 2009 : (Sémillon/Rolle) Le nez est beaucoup plus celui du Rolle, les fruits blancs, de petites notes anisées. La bouche est extrêmement généreuse, ample. C’est un blanc de gastronomie avant tout. Le sémillon donnera sa mesure dans un deuxième temps. **

LEOUBE rouge 2007 : (Grenache, Cinsault, Syrah) fruits noirs et rouges. Note boisée (et pourtant juste des foudres pour la conservation). La bouche est plutôt gourmande, avec un joli jus et des tanins très discrets, très inclus. **

LES FORTS DE LEOUBE (rouge) 2006 : (Grenache, Syrah, Cabernet-Sauvignon et Cinsault par quarts) Très beaux arômes de fruits noirs, réglisse, cacao, La bouche, pas très extraite, garde une bonne « buvabilité ». Les tanins sont très fins et l’ensemble est très juste. Beau vin à apprécier dans les cinq ans sur viandes rôties et grillées. ***

 

L’ensemble est très convaincant. On sent que le plus grand soin a été apporté. Il me semble que l’expression du terroir pourrait être plus sensible sur les rosés.

Repost 0
Published by Roger Lévy - dans notes de dégustation
commenter cet article
22 mars 2010 1 22 /03 /mars /2010 16:16

La polémique née de la proposition de la commission européenne d’autoriser la création de rosés nés de coupage entre vin blanc et vin rouge a mis en avant la spécificité et la technicité des rosés de la région Provence. Cette région s’est alors réaffirmée comme le leader incontesté pour la production de rosés de qualité, vins à part entière, capables d’apporter du plaisir au consommateur, ce qui reste la mission première de tout vin. Une large revue des rosés produits en Provence me permet de faire plusieurs distinctions. Il y a tout d’abord des rosés passe-partout, conçus comme des sous-produits du vin rouge : un viticulteur qui produit trop, fait une saignée (il fait couler du jus après la vendange) pour concentrer son rouge et produire du rosé en même temps. Les meilleurs vignerons ont compris qu’il faut choisir dès le départ, dès la taille presque, sur quelles parcelles on produira du rosé, avec le choix d’un point de maturité idéal, de conditions de vendange adaptées, et d’une vinification pointue et attentive. Voici le résultat de cette dégustation effectuée à Vinisud le 22 février 2010.

 

L’ESTANDON 2009 AOC Côtes de Provence. (Cercle des Vignerons de Provence à Brignolles) Grenache, Cinsault, Syrah. Nez fruits rouges. Légèrement acidulé, agrumes en bouche, qui est ronde et souple, avec une petite amertume finale.

Domaine de L’AMAURIGUE «  FLEUR DE L’AMAURIGUE » 2009 AOC Côtes de Provence. (J.Marie Queff au Luc) Grenache, Cinsault. Très léger en bouche, floral, agrumes, très désaltérant. La présentation est quelconque. *

Château MONTAUD 2009 Côtes de Provence (F. Ravel à Pierrefeu) AOC Côtes de Provence ; Grenache, Cinsault, Syrah.. Peu expressif au nez. La bouche manque de charme. Court en bouche. Très passe-partout.

LES QUATRE TOURS « SIGNATURE » 2009 AOC Coteaux d’Aix-en-Provence : (Chr. Faucher à Venelles). Agriculture raisonnée, Grenache, Cinsault, Syrah. Fruits rouges et agrumes. Assez puissant au nez. La bouche a de la vigueur. Un peu d’accroche en finale.

Château RIOTOR 2009 : AOC Côtes de Provence J. Abeille à Courthézon. Grenache, Cinsault, Syrah, Rolle. Le nez sur les fruits rouges et les agrumes. Rond et souple, désaltérant, précis, net, assez long. Bien. **

Château LA MASCARONNE 2009 : AOC Côtes de Provence, (Fanny Croisy Le Goudeveze au Luc) Cinsault majoritaire, grenache. Joli nez fin et précis, floral, agrumes et fruits rouges. La bouche est fine, élégante, bonne longueur. Bien **

Domaine des DIABLES « ROSE BONBON » 2009 : AOC Côtes de Provence Sainte-Victoire G. Philip à Puyloubier) Grenache, Cinsault, Syrah. Joli nez agréable, sur les agrumes, la clémentine en particulier. La bouche est très fine, très désaltérante. Bonne longueur. *

LES VIGNERONS DU ROY RENE « OPALE D’UN ROY » 2009 AOC Côteaux d’Aix-en-Provence (Lambesc) Pas très fin, sur les fruits rouges surtout. Ce manque de finesse se confirme en bouche.

CELLIER SAINT-SIDOINE 2009 : AOC Côtes de Provence (Puget Ville) Grenache, Cinsaly, Tibouren, syrah. Joli nez sur les agrumes. La bouche est fine et gourmande, croquante. Bonne longueur. *

Château des VINGTINIERES 2009 : AOC Côtes de Provence (P. Moreux, le Cannet des Maures) Grenache, Cinsault, Syrah. Très désaltérant, fin sans aspérité. On aimerait un peu plus de caractère.

Château BARBANAU « L’INSTANT » 2009 : AOC Côtes de Provence (D. Simonini à Roquefort) Agriculture bio, Grenache, Cinsault, Syrah. Très fruits rouges, du corps, de la puissance. Bonne densité, rosé de table, Bonne longueur. Bien **

Château MENTONE « ROSE EDITION 2009 » AOC Côtes de Provence. (M.P. Caille à Saint-Antonin du Var) Agriculture biologique, Grenache, Cinsault, Syrah, Carignan. La couleur est un peu orangée. Très désaltérant, apéritif, agrumes, pamplemousse, cerise. Néanmoins manque un peu de personnalité.

DOMAINE DES OULLIERES 2009 : AOC Coteaux d’Aix-en-Provence. (C. Daumas à Le Puy Sainte Réparade) Grenache, Cabernet-Sauvignon. Très jolie couleur très fraise, très fraîche. Le nez est assez discret, fraise, framboise. La bouche est assez tendue, mais cela manque de caractère.

Domaine de LA CROIX (Cru Classé) 2009 AOC Côtes de Provence (N. Boucherot à La Croix Valmer) Grenache, Cinsault, Mourvèdre, Tibouren. Très, très pâle, presque un blanc de rouge à peine taché. Le nez est très agrumes, pamplemousse et clémentine. La bouche a de l’élégance, du corps. **

Château de L’AUMERADE (Cru Classé) « MARIE-CHRISTINE » 2009 : AOC Côtes de Provence (H. Fabre à Pierrefeu) Cinsault, Grenache, Syrah. IL manque beaucoup de caractère. Désaltérant certes, mais un peu trop facile. De plus la présentation est très kitsch avec sa bouteille « provençale ».

Château SAINT JULIEN D’AILLE « IMPERATOR » 2009 : (C. Rieder à Vidauban). Grenache, Cinsault, Syrah. Rosé pelure d’oignon. Le nez sur les agrumes, les fruits rouges. Bouche désaltérante, avec un certain manque de caractère. Facile.

Château de BREGANCON (Cru Classé) « RESERVE DU CHATEAU » 2009 : AOC Côtes de Provence. (O. Tézenas à Bormes les Mimosas) Grenache, Cinsault, Syrah. Sur les fruits rouges. Bouche désaltérante. Pas de personnalité, assez simple. On attend plus d’un Cru Classé, d’où qu’il soit.

Domaine SAINT-MITRE « CLOS MADON » 2009 AOC Coteaux Varois en Provence. (V. Poiron à Saint Maximin la Sainte Baume) Grenache, Cinsault, Syrah. Rose très pâle, très frais. Fruits rouges. Désaltérant, avec un certain corps en bouche et une bonne longueur. Pour la table. *

Château MIRAVAL « PINK FLOYD » 2009 : AOC Côtes de Provence (F. Croisy Le Goudeveze à Correns) Agriculture bio. Grenache 20 %, Cinsault, VV 80 %. Rosé légèrement saumoné. Joli nez élégant, très fin, sur les fruits rouges. Bouche délicate, Beaucoup de finesse. Très bien. ***

COMMANDERIE DE PEYRASSOL 2009 : AOC Côtes de Provence (A. Cacaret à Flassans) Grenache, Cinsault, Syrah. Couleur rose saumoné très pâle. Nez de fruits rouges dominants. Rosé de type épicé, avec une attaque très fluide, mais de la puissance. *

Château LA FONT DU BROC 2009 : AOC Côtes de Provence (G. Rouby aux Arcs sur Argens) Grenache, Mourvèdre, Syrah, Cinsault. Très pâle, presque un blanc taché. Très joli nez, élégant, sur les agrumes et les fruits blancs et rouges. Belle densité en bouche. C’est fin, bon et long. ***

Domaine LES BEATES « LES BEATINES » 2009 : AOC Coteaux d’Aix en Provence. (P.F. Terrat à Lambesc). Grenache, syrah en culture biologique. Rosé très pâle, pelure d’oignon. Le nez est sur les fruits rouges. De la consistance en bouche, épicé. Plutôt destiné à la table et un petit manque de finesse.

Château LES VALENTINES 2009 : AOC Côtes de Provence. (G. Pons, G. Giner, N. Pigaglio à La Londe des Maures) Cinsault, Grenache, Syrah, Mourvèdre. Couleur rosé très pâle. Le nez est sur les fruits rouges, les épices, un peu d’agrumes. La bouche est assez puissante. *

Château PIGOUDET « CUVEE LA CHAPELLE » 2009 : AOC Coteaux d’Aix-en-Provence. (A. Pont à Rians) Syrah, Cabernet-Sauvignon. Rosé pâle, reflets bleutés. Le nez est nettement sur les fruits rouges. La bouche est gourmande, de bonne intensité, longue. Bien**

LA FERME DES LICES 2009 : AOC Côtes de Provence. (X. Schneider à Saint-Tropez) Grenache, Cinsault. Rosé très pâle. Joli nez agrumes, fruits blancs, fruits rouges. La bouche est assez souple. *

Domaine de LA COURTADE « ALYCASTRE » 2009 : AOC Côtes de Provence (R. Auther sur l’Ile de Porquerolles) Grenache, Mourvèdre, Tibouren. Rosé de bonne intensité. Le nez est sur les fruits rouges, les épices. Bouche ample, d’une bonne puissance. Rosé de table. *

Château LA CALISSE 2009 : AOC Coteaux Varois en Provence (P. Ortelli à Pontevès) Syrah, Grenache en agriculture biologique. De type très pâle. Jolis arômes d’agrumes. Bouche ronde, fine, du charme. Séduisant. *

Château LES CROSTES 2009 : AOC côtes de Provence. (L. Schaller-Gallet à Lorgues) Grenache, Cinsault). Très pâle, presque blanc. Nez très fin, fruits blancs surtout, puis agrumes. Bouche souple, tendre, c’est un rosé « calin ». *

MAS DE CADENET 2009 : AOC Côtes de Provence Sainte-Victoire (M. Négrel à Trets) Grenache, Cinsault, Syrah. Rosé assez pâle, franc. Le nez est puissant et très fin, élégant. Beaucoup de charme pour le nez sur les agrumes, et fruits rouges. Bouche bien tendue, pure, joliment construite. Long en bouche. ***

Domaine du JAS D’ESCLANS « CUVEE DU LOUP » 2009 : AOC Côtes de Provence (M. de Wulf à La Motte) Syrah, Grenache, en agriculture bio. Rosé légèrement orangé. Nez puissant et élégant. Du charme. Bouche tendre et assez souple. Bonne longueur. *

Domaine de L’ANGUEIROUN « PRESTIGE » 2009 : AOC Côtes de Provence-La Londe (E. Dumon à La Londe des Maures) Grenache, Cinsault, Syrah, Rolle Rosé légèrement jaune. Le nez est sur les agrumes et les fruits rouges. La bouche est facile, souple. Manque un peu de caractère.

Château du PAS DU CERF « ROCHER DES CROIX » 2009 AOC Côtes de Provence La Londe (A. Legrand à La Londe des Maures) Grenache, Cinsault, Tibouren. Rosé pâle. Nez sur les fruits rouges. Manque un peu de définition, d’élégance. C’est plutôt un rosé de table, mais j’aimerais plus d’élégance.

Domaine HOUCHART SAINTE-VICTOIRE 2009 : AOC Côtes de Provence Sainte-Victoire. (Famille Quiot à Chateauneuf du Pape) Grenache, Cinsault, Syrah, Mourvèdre. Rosé de table, marqué par la puissance, avec cependant une définition aromatique un peu simple. Bouche souple.

Château de CALAVON 2009 : AOC Coteaux d’Aix-en-Provence. (N. Beausset à Lambesc) Grenache, Cinsault, Cabernet-Sauvignon, Syrah. Très joli rose pâle. Le nez est très fruits rouges. La bouche est fine et élégante. Beaucoup de charme, long. Beau vin. ***

Château de SAINT-MARTIN « ETERNELLE FAVORITE » (Cru Classé) 2009 : AOC Côtes de Provence (F. Santy à Taradeau). Tibouren, Carignan. Très pâle. Le nez est très puissant, sur les agrumes, la bigarrade, le citron vert, une note de sueur ( !). Très aromatique, presque trop. Il faut aimer la forme de la bouteille type « eau de Cologne ».

Domaine de SAINT-SER « PRESTIGE » 2009 : AOC Côtes de Provence Sainte-Victoire (J. Guichot à Puyloubier) Grenache, Cinsault, Syrah. Rosé assez appuyé. Le nez est de qualité, frais, sur les fruits rouges, un peu d’agrumes. La bouche est bien constituée. Bonne tension acide, longue persistance. **

Château d’OLLIERES « PRESTIGE » 2009 : AOC Coteaux varois en Provence. (Ch. Rouy à Ollieres) Grenache, Cinsault, Syrah. Rose pâle, légèrement jaune. La bouche est très légère, manque un peu de puissance. Assez nette note de sueur au nez, curieuse.

Château SAINTE-MARGUERITE  « SYMPHONIE » 2009 (Cru Classé) : AOC Côtes de Provence La Londe (J.P. Fayard à La Londe des Maures) Grenache, Cinsault en culture bio. Rosé très pâle, blanc taché. Le nez est très fin, élégant, sur de fines notes d’agrumes, de fruits blancs, de fruits rouges. La bouche est fine et élégante. ***

Domaine SAINTE-LUCIE « MADE IN PROVENCE PREMIUM » 2009 : AOC Côtes de Provence (G. Philipp à Puyloubier) Syrah, Grenache, Rolle. Du charme dans ce rosé sur les fruits rouges, bonbon acidulé. La bouche est de bonne constitution. Un peu trop commercial à mon goût, mais cela peut plaire.

Château VIGNELAURE 2009 : AOC Coteaux d’Aix-en-Provence (P. Bru à Rians) Syrah, Grenache, Cabernet-Sauvignon. Rosé aux reflets bleutés. Nez très fin, très délicat, élégant. La bouche est désaltérante, avec une bonne tension acide. ***

Domaine SAINT-ANDRE DE FIGUIERES « CONFIDENTIELLE » 2009 : AOC Côtes de Provence La Londe  (F. Combart à La Londe des Maures) Mourvèdre 40 %, Cinsault 30 %, Grenache 30 %  en agriculture bio. Rose très pâle, légèrement jaune. Le nez est très élégant, sur les fruits blancs, les agrumes, clémentine, citron. La bouche est ample, bonne longueur. Rosé de gastronomie. **

Château ROUBINE « Tête de cuvée INSPIRE » 2009 AOC Côtes de Provence (V. Rousselle-Riboud à Lorgues) Tibouren, Clairette. Cuvée à l’encépagement original. Très, très pâle, presque blanc. Nez très fin et élégant, sur les fruits blancs. La bouche est ample, généreuse, épicée. Un peu court cependant. Un beau rosé de gastronomie, très« technologique ». **


Je reviendrai sur certains de ces domaines en vous proposant les commentaires de dégustation de leur production complète.

Repost 0
Published by Roger Lévy - dans notes de dégustation
commenter cet article
12 mars 2010 5 12 /03 /mars /2010 01:59

CHATEAU DES JACQUES 2007 (AOC Moulin-à-Vent) : Très beau nez, avec un joli fruit et une minéralité affirmée. La bouche est très structurée, équilibrée, avec des tanins fins. *

CHATEAU DES JACQUES CLOS DU GRAND CARQUELIN 2006 (AOC Moulin-à-Vent) : Magnifique couleur. Le nez est légèrement fermé, très minéral. La bouche est très délicate, d’un magnifique équilibre, avec des tanins très fins. **

CHATEAU DES LUMIERES 2005 (AOC Morgon) : Issu d’un terroir basaltique ancien. Il est d’une énorme couleur. Le nez est fermé, encore discret mais la bouche est d’une grande densité. Il y a de la chaleur dans ce vin. Une très belle bouteille. **

CHATEAU DES LUMIERES COTE DU PY 2005 (AOC Morgon) : Enorme couleur, presque « bordelaise ». Le nez est d’une grande netteté, bien que pas très puissant car encore fermé. La bouche assène un véritable coup de poing tant sa puissance est grande. On a du mal a reconnaître un vin de gamay. Tanins très fins, veloutés. C’est simplement un grand vin. ***

MÂCON BLANC VILLAGES DOM. DE LA GRANGE MAGNIEN 2007 : Très frais, mentholé, agrumes. La bouche est très tendue. Joli vin gourmand, fait pour fruits de mer et apéritif. *

FIXIN BLANC 2006 : Assez boisé, avec des notes briochées, grillées. Une richesse certaine en bouche, du volume, de la chair, à la place de la finesse et de l’élégance.

SAVIGNY-LES-BEAUNE BLANC 2003 : Vin élaboré avec 75 % de pinot blanc, qui donne  un vin puissant et épicé, avec un volume important, et un beau potentiel de plaisir pour les trois ans à venir.

CHABLIS 1er CRU VAILLONS 2005 : Beau nez ample et élégant, sur de belles notes d’agrumes (zeste de citron, pamplemousse). La bouche est riche et ample, avec une minéralité dissimulée derrière le volume vineux. Note saline en finale. ***

CÔTE DE NUITS VILLAGES BLANC « LE VAUCRAIN » 2003 : Jaune paille. Gros volume aromatique, notes de brioche, de noisettes grillées. La bouche est très puissante, avec une bonne acidité malgré tout et « du fond ». On le comprend mieux en sachant que la vigne est conduite en biodynamie depuis 2001 : la vigne a moins souffert de la canicule de l’été et a trouvé, au-delà de sa richesse, un bel équilibre. **

CHASSAGNE-MONTRACHET 1er CRU MORGEOT, CLOS DE LA CHAPELLE, DOM. DU DUC DE MAGENTA 1999 : Or vert. Le nez est puissant, extrêmement noble, encore très jeune. Très beaux arômes d’agrumes, pamplemousse et orange surtout. La bouche a une sacrée ampleur, sans lourdeur. Profondeur, longueur. C’est un grand vin. ***

AUXEY-DURESSES ROUGE 2006 : Un peu de réduction au premier nez. A l’aération il se dégage vers un joli fruit. La bouche est assez dense, emplissant bien la bouche. Relativement simple, mais gourmand et très équilibré. **

MONTHELIE 1999 : Du fruit, mais aussi de l’évolution vers des notes épicées. La bouche est ample, mûre, fondue. Belle finale. A découvrir. **

POMMARD 1er CRU CLOS DE LA COMMARAINE 2004 CHATEAU DE LA COMMARAINE : Couleur moyenne. Le nez est à la fois fruité (griotte) et épicé. La bouche est moyennement dense, souple, mais propose élégance et équilibre. Bonne longueur. *

BEAUNE 1er CRU THUVILLAINS 1999 : Belle couleur dense, d’un beau rubis. Le nez, ouvert, est très impressionnant de volume. Il présente des arômes d’évolution, sur la fourrure, l’animal. La bouche est ample, de belle richesse, juteuse, avec un retour sur le fruit. ***

CHAMBOLLE-MUSIGNY 1er CRU LES CRAS 2001 : Au nez, se mêlent des notes de fruit et de caramel au lait. La bouche est assez puissante, structurée autour de tanins assez fermes. *

SAVIGNY-LES-BEAUNE 1er CRU CLOS DE GUETTES 2006 : C’est un vin ample, avec des notes de torréfaction au nez, ce qui marque une forte maturité. La bouche est souple, ronde. C’est facile à boire. Un vin sensible à la météo du millésime.

CHASSAGNE-MONTRACHET BLANC  2004 : Caressant au nez et en bouche, avec une note crayeuse. Tendre, souple, facile.

PULIGNY-MONTRACHET 1er CRU LE CHAMP CANET 2002 : Extrêmement élégant, le nez est dominé par le pamplemousse et l’orange. La bouche est superbement équilibrée, avec une richesse compensée par la minéralité, une belle tension acide. Très beau vin, qui peut se boire ou se garder dix ans. Sa vivacité en fera un compagnon idéal pour les poissons les plus nobles. ***

CORTON-CHARLEMAGNE GRAND CRU 2000 DOM. DES HERITIERS LOUIS JADOT : Ce sont les agrumes qui marquent encore fortement le nez, et non des notes d’évolution. En revanche le bois est intégré, fondu. La bouche est très ample, avec de la force et une grande profondeur. Le tout est soutenu par une belle tension acide. Belle bouteille. ***

BATARD-MONTRACHET, GRAND CRU 2003 : Or jaune. Le nez est sur les fruits jaunes, la confiture d’oranges douces. La bouche est surpuissante, ample et riche. Il lui manque finesse et équilibre. On touche à l’excessif maitrisé. **

NUITS-SANT-GEORGES 2006 : Belle couleur profonde. Le nez est sur le fruit, le jus de cerise. La bouche est équilibrée, ronde et souple. Tel quel, le vin se goûte très bien, avec son charme. *

VOLNAY 1er CRU CLOS DE LA BARRE 2006 : Belle couleur. Le nez est encore sur le fruit, avec en  fond, des notes de cuir, animales. La bouche est ronde et mûre, l’ensemble peut se boire. *

GEVREY-CHAMBERTIN 1er CRU POISSENOTS 2002 DOM. LOUIS JADOT : (vignes de 10 ans seulement). D’une belle couleur, le nez est cependant moyennement puissant. La bouche est très équilibrée, d’une grande finesse, d’un toucher de bouche soyeux. Très beau vin, à boire car il manque juste d’un peu de profondeur. **

VOSNE-ROMANEE 1er CRU MALCONSORTS 2003 : Couleur profonde. Le nez est opulent, explosif. La bouche a une énorme puissance, cependant équilibrée par une juste acidité. Grande bouteille au potentiel énorme. ***

CHAPELLE-CHAMBERTIN, GRAND CRU 2001 DOM. LOUIS JADOT : Belle couleur pour le millésime. Le nez est moyennement puissant mais délicieusement élégant et raffiné. La bouche est dans le même registre : puissance moyenne mais longue et profonde. Il a encore quelques belles années devant lui. ***

CLOS VOUGEOT, GRAND CRU 2000, DOM. LOUIS JADOT : Belle couleur. Le nez est très élégant, noble. La bouche est relativement souple en attaque, avec du fond et du volume mais une certaine raideur des tanins. **

 

 Goûtés le lendemain à Givry, au Cellier des Pierres rouges, nouvelle cuverie destinée à vinifier les vins due la Côte Chalonnaise :

RULLY BLANC 2007 : Nez d’agrumes : pamplemousse, une pointe de citron, et une note florale de genêt. La bouche est fraîche, tendue, avec une nuance métallique. Il demande encore quelques mois pour être tout à fait prêt.

AUXEY-DURESSES BLANC 2007 : Le nez est finement mûr avec une note d’amande fraîche, de citron. La bouche est ronde et souple, légèrement minérale. Sympatique vin d’apéritif. *

SAINT-AUBIN BLANC 2007 : Le boisé est assez toasté, notes vanillées sur un beau volume. La bouche est ample et ronde, dans ce vin qui sera plaisant très rapidement. **

GIVRY ROUGE 2006 : Le nez est discret, sur des notes de fruits rouges. On les retrouve en bouche : fraise, framboise, fraise de bois. La bouche est bien constituée, avec des tanins un peu rustiques.

MERCUREY 1er CRU GRAND CLOS FORTOUL 2007 : Couleur moyenne avec une légère trace d’évolution. Nez mûr et agréable de fruits noirs. La bouche est charmante à l’attaque, avec une bonne souplesse. Mais les tanins sont un peu secs, avec une trace végétale qui nécessite 2 à 3 ans d’attente.

SAINT-ROMAIN ROUGE 2007 : Joli nez, de bonne qualité, de bonne maturité. Bouche équilibrée, avec le charme d’une matière assez dense et des tanins qui demandent quelques mois. *

FIXIN ROUGE 2007 : Bonne couleur. Nez précis, sur les fruits noirs et rouges. La bouche offre un très bon volume, une rondeur avenante, et des tanins très fins. Bien. **

CHOREY-LES-BEAUNE ROUGE 2006 : Couleur dense et profonde. Le nez est assez simple mais agréable. La bouche a une très bonne densité, une structure intéressante, avec des tanins très fins. L’ensemble passe très bien. **

SAVIGNY-LES-BEAUNE ROUGE 2006 : Bonne couleur avec trace d’évolution. Le nez est élégant et agréable. La bouche attaque de façon souple, avec une bonne chair en milieu et des tanins malheureusement un peu secs. *

PERNAND-VERGELESSES ROUGE 2005 : Couleur profonde. Le nez est un peu fermé, mais on perçoit bien les fruits noirs et des notes de café moulu. La bouche est puissante, serrée, très structurée et équilibrée, avec des tanins encore fermes mais inclus. Jolie bouteille pour les dix prochaines années. ***

Repost 0
Published by Roger Lévy - dans notes de dégustation
commenter cet article
7 mars 2010 7 07 /03 /mars /2010 23:56
Oui, un petit bonjour à Ratna, étudiant(e) à Bangalore en Inde. Il ou elle conseille la lecture de ce blog à ses amis de l'Alliance Française, afin de découvrir le vin, partie de la culture française. Il ou elle en conseille également la lecture pour le vocabulaire concernant les arômes, et l'évolution possible ou probable des vins dégustés.
Ce petit message est donc l'occasion de remercier un lecteur ou une lectrice lointain(e).

Je lui adresse toute mon amitié d'oenophile pratiquant.
Repost 0
Published by Roger Lévy - dans humeurs et réflexions
commenter cet article
28 février 2010 7 28 /02 /février /2010 22:16

C’est un plaisir et un honneur d’être convié, par une personnalité du monde du vin comme M. Bernard Magrez, à visiter trois de ses propriétés bordelaises : Château La Tour Carnet 4ème Grand Cru Classé à Saint-Sauveur et Médoc, Château Fombrauge Saint-Emilion Grand Cru, et Château Pape Clément, Grand Cru Classé de Graves à Pessac.

Le départ de cette journée se fait à l’aéroport de Mérignac, puisque c’est en hélicoptère que nous ferons les deux premiers déplacements. C’est pour moi une première et c’est une très agréable découverte, malgré les conditions atmosphériques : des grains à traverser avec un vent soufflant en rafales. Cela nous permet de survoler le Médoc viticole (Margaux, Pauillac, Saint-Estèphe).


http://img715.imageshack.us/img715/2108/dscn0707.jpg
Approche au dessus de La Tour Carnet
Le Château La Tour Carnet, racheté par Bernard Magrez en 2000, a bénéficié depuis d’un gros programme d’investissements, tant à la vigne qu’au chai. Contrairement à beaucoup de châteaux médocains, qui ont été édifiés au XVIIIème ou au XIXème siècle, le Château La Tour Carnet a une histoire longue, qui remonte au Moyen-âge, puisque c’est au XIIème siècle que sa tour fut bâtie, en cette époque de guerre de Cent Ans, premier âge d’or du commerce des vins de Bordeaux. Cette propriété a appartenu à la sœur de Montaigne, épouse du Sire de Camin qui aurait, après de nombreuses déformations, donné son nom au Château ( !) L’ami de Michel Montaigne, La Boétie, y aurait écrit une partie de son livre majeur « Le discours de la servitude volontaire ».
http://img521.imageshack.us/img521/5052/dscn0710a.jpg

Vers les chais de La Tour Carnet

La dégustation proposée commence par le Château des Grands Chênes, autre propriété médocaine de Bernard Magrez , située, elle, à Saint-Christoly de Médoc.

 

LES GRANDS CHENES 2008 : Couleur moyenne +. Le nez est fin et élégant, d’une bonne puissance. La bouche, de densité moyenne à l’attaque, gagne cependant en profondeur, avec des tanins très soyeux. D’un beau classicisme, apte à vieillir quelques années, la pureté de ses tanins permettra de l’apprécier dès 2013. (50 % merlot, 47 % cabernet sauvignon, 3 % cabernet franc). **

LES GRANDS CHENES 2007 : Même intensité colorante. En revanche, le bois est plus présent au nez, et le style plus toasté. La bouche de demi-corps, avec toujours des tanins très fins. Aimable, facile. *

LES GRANDS CHENES 2006 : Couleur plus profonde, plus dense. Le nez est un peu plus en  retrait  à ce stade. La bouche est fine et serrée, avec cette petite touche d’austérité typique du millésime. A attendre. *

LES GRANDS CHENES 2005 : Couleur profonde. Le nez est plutôt fermé. Bouche très serrée, très structurée. Tanins très soyeux. Il a un potentiel de garde d’au moins dix ans. **

 

On note une évolution dans l’utilisation du bois en 2008, avec un style moins toasté, qui « libère » les arômes du vin. Un retour à une « buvabilité » plus grande…ce qui est le classicisme bordelais.

 

LA TOUR CARNET 2008 : Couleur assez dense à reflets bleutés. Le nez est marqué par un boisé un peu dur. La bouche est de densité moyenne, avec des tanins très fins, mais un peu durs.

LA TOUR CARNET 2007 : Bonne couleur dense. Le nez est encore très marqué par le bois. Les fruits noirs, myrtille, mûre, sont présents. La bouche est de moyenne densité, avec des tanins très fins. Bien ajusté aux capacités du millésime, ce vin plaira. *

LA TOUR CARNET 2006 : Belle densité de couleur. Le nez est fondu, avec un boisé déjà intégré. La bouche a une belle structure, c’est bien ajusté, avec des tanins encore un peu austères. Accordons lui quelques années. *

LA TOUR CARNET 2005 : Couleur très dense. Le nez est fermé, avec un boisé un peu dissocié. La bouche est extrêmement serrée, avec des tanins massifs. Très contracté actuellement, il a besoin de temps pour accorder ses faveurs. ***

LA TOUR CARNET 2004 : Couleur dense. Le nez commence à s’ouvrir, avec un boisé encore un peu présent. La bouche est charnue, ronde, avec des tanins presque fondus.  Il peut se goûter avec plaisir. **

 http://img69.imageshack.us/img69/2032/dscn0711r.jpg


La dégustation de La Tour Carnet
Nous dégustons ensuite des essais de barriques, et également un essai de vinification OXO entièrement en barrique, y compris la fermentation, sur du merlot du millésime 2009. Les barriques premium de chez Radoux marquent moins le vin en l’enrobant magnifiquement. Les arômes du vin sont « libérés » de façon très intéressante. Quand à la vinification en barrique, elle augmente semble-t-il la densité du vin et produit des tanins au grain très fin. Ce genre de vinification partielle pourrait être utilisé comme « vin médecin » dans les années un peu plus légères.

 http://img94.imageshack.us/img94/9303/dscn0727y.jpg

Décollage ensuite avec survol de la Garonne et de la Dordogne, en direction de Saint-Christophe des Bardes, où se trouve le Château Fombrauge. Cette grande propriété, d’une taille peu commune à Saint-Emilion (75 hectares dont 52 plantés à ce jour), a été rachetée en 1999 par Bernard Magrez. Précision géomorphologique : le plateau calcaire de Saint-Emilion se prolonge sur les communes à l’est de Saint-Emilion. Quoique réduit à l’état de lambeaux plus ou moins grands, de nombreux terroirs magnifiques s’y trouvent, dont une partie de ceux de Fombrauge.

Ici aussi, des travaux ont été entrepris pour faire franchir à Fombrauge une marche supplémentaire dans la qualité.

 

FOMBRAUGE 2008 : Belle couleur. Le nez est assez puissant, très merlot. La bouche est ronde et sensuelle, avec une jolie trame. Ce sera très agréable dans cinq à dix ans. **

FOMBRAUGE 2007 : Couleur dense. Le nez est marqué par un boisé torréfié. La bouche est ronde, charnue, avec de bons tanins. *
http://img168.imageshack.us/img168/5158/dscn0741z.jpg Au-dessus de Fombrauge


FOMBRAUGE 2006
 : Couleur moyenne. Plus fondu que les précédents. Le nez est vanillé, moka, avec un corps moyen. Les tanins commencent à se fondre, on peut commencer à le déguster. **

FOMBRAUGE 2005 : Couleur profonde. Le nez commence à s’ouvrir avec un fruit qui revient. La bouche s’arrondit, avec de la puissance qui n’empêche pas l’élégance. Les tanins sont très fins, il est presque prêt, et tiendra de nombreuses années. **

FOMBRAUGE 2004 : Trace d’évolution sur les bords du disque. Le nez commence à s’ouvrir vers de belles notes de tabac blond. La bouche est souple, caressante, joliment charnue. Tanins fondus, se goûte avec plaisir. **

MAGREZ-FOMBRAUGE 2007 : Couleur moyenne. Le nez est sur les petits fruits noirs, complexe, vanillé. La bouche est extrêmement caressante, avec des tanins veloutés. **

http://img28.imageshack.us/img28/6885/dscn0745r.jpgMAGREZ-FOMBRAUGE 2008 : Couleur profonde. Le nez est très élégant, la bouche est assez dense avec en revanche une grande profondeur. Les tanins sont encore sensibles mais on est dans le même style très caressant, très poli. **

 Nous faisons encore une dégustation des essais de barriques et de vinification OXO sur le millésime 2009, qui confirme les observations faites à La Tour Carnet. C’est peut-être encore plus convaincant ici. Un délicieux repas nous est ensuite servi dans un salon de Fombrauge.

 

Puis retour vers l’aéroport de Mérignac en hélicoptère en survolant l’Entre-Deux-Mers et en touchant les premières communes de Pessac-Léognan. Nous reprenons nos véhicules pour nous rendre au Château Pape Clément à Pessac.http://img291.imageshack.us/img291/8573/dscn0746d.jpg Nous visitons le cuvier et les chais où on peut voir le soin extrême apporté à la vendange : cagettes à la vigne puis égrappage à la main et tri sur tables par 200 personnes. La dégustation a lieu dans le pavillon du Prélat, situé dans le parc du Château, d’un magnifique style Art Nouveau.

 

CLEMENTIN DE PAPE CLEMENT 2007 : Belle couleur Le nez est moyennement puissant, sur les petits fruits noirs, mûre et myrtille particulièrement, associés à une fine vanille. La bouche présente un soyeux, une volupté remarquables. C’est d’une grande délicatesse. Peut éventuellement se boire. **

PAPE CLEMENT 2007 : Belle couleur. Le nez est délicat, finement boisé. La bouche offre une structure quand même affirmée. Tanins soyeux, très beau vin. ***

PAPE CLEMENT 2006 : Plus serré que le précédent, il a une trame dense qui évite tout côté austère. Tanins de grande classe. ***


http://img87.imageshack.us/img87/2268/dscn0769c.jpgLa salle e l'égrappage et du tri manuel de Pape Clément
PAPE CLEMENT 2004 : Le nez promet, avec de belles notes fumées et de fruits cuits. La bouche est, elle, encore enserrée dans sa structure tannique. Il a, et c’est normal pour un vin de ce niveau, encore besoin de temps. Les tannins sont malgré tout délicats, mais cette bouteille ne donne pas entièrement satisfaction à M. Magrez. La deuxième bouteille montre une couleur dense, fraîche. En effet le vin est très différent : structuré, puissant, avec une puissance et une qualité aromatique parfaites, très cohérentes. C’est là une très belle bouteille, avec une attaque superbe sur des notes empyreumatiques et un vin de beau format et parfaitement cohérent, ce que n’était pas, en effet, la première bouteille. Notons que seule la comparaison directe des deux bouteilles montrait cette différence. Un consommateur occasionnel n’aurait pu la ressentir, la première bouteille étant déjà d’une très belle qualité. *** (pour la deuxième bouteille

 

L’essai de vinification OXO est ici montré sur du cabernet sauvignon. Le vin gagne une puissance tannique extrême, mais sans astringence, sans assèchement en fin de bouche. Les tanins restent fluides, non collants en bouche.

 http://img534.imageshack.us/img534/8871/dscn0774k.jpg

PAPE CLEMENT BLANC 2006 : Déjà, à cet âge, c’est très bon. On ressent au nez la présence de la muscadelle et du sauvignon gris dans l’encépagement. C’est un vin délicat, d’un style plutôt rond et puissant.

PAPE CLEMENT BLANC 2007 : Ce millésime est plus tendu par une acidité plus nette. Il est droit et certes, moins riche que le 2006. Il se goûte parfaitement sur sa fraîcheur, sur son fruit. Mais on peut penser que sa tension acide lui permettra de franchir les années avec grâce.


La degustation à Pape Clément


Nous avons goûté de très bons vins tout au long de cette journée
, avec des vinification luxueuses, apportant le plus grand soin au traitement de la vendange, aptes à présenter les vins sous leur meilleur jour. Pourtant, et cela m'a étonné, jamais il n'a été question de terroir, de sol, de vigne. C'est le seul regret que je formulerai en remerciant encore M. Magrez.
Repost 0
Published by Roger Lévy - dans focus sur...
commenter cet article