Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Texte Libre

Recherche

Archives

23 mars 2009 1 23 /03 /mars /2009 16:35

Marcel joubert est un personnage truculent, qui produit des vins qui lui ressemblent (d'ailleurs y a t'il un vigneron qui ne produise pas des vins à son image ?) : naturels, expansifs. Le domaine produit quatre vins à l'alcool modeste (autour de 11 ° naturels), non levurés, non soufrés, non filtrés, donc fragiles, à conserver dans le noir et à une température de 14 ° maximum. Comme j'ai déjà pu le faire remarquer, je suis frappé par la digestibilité de ces vins non-soufrés, et par la pureté de leur fruit, éclatant.

BOURGOGNE ROUGE 2007: (100 % gamay) Ce vin rappelle à juste propos que le Beaujolais fait partie de la Bourgogne. Marcel Joubert produit chaque année une cuvée en appellation Bourgogne. Il ne s'agit pas ici de vin replié, mais d'un choix effectué au préalable. Les vignes ont été plantées en 1960 sur des coteaux pentus en sols argilo-calcaires.Couleur pourpre. le nez est très gamay (et pour cause !) et légèrement vanillé. Le vin est d'un style puissant, assez lourd, avec des tanins encore présents, qui demandent encore quelques mois pour se fondre. BEAUJOLAIS VILLAGES VIEILLES VIGNES 2007 : Issu de vignes de 50 ans, il vient sur des terrains d'arènesgranitiques, avec des rendements modestes (35 à 40 hl / ha).Belle couleur très brillante, pourprée. Le nez est délicieux, avec tout le fruit dont le gamay est porteur. La bouche est très pure, délicieuse, pur fruit. Vin extrêmement digeste. **
BROUILLY VIEILLES VIGNES 2008 : Il est produit avec des vignes de 75 à 100 ans sur les sols granitiques du Beaujolais. Nous goûtons le premier lot. Il se présente avec plus de profondeur, avec un fruit moins évident que le Beaujolais Villages. La bouche est riche, charnue, mure. La bouche est serrée avec des tanins au grain fin. belle structure. Vin de bonne garde (5 à 10 ans). **
FLEURIE VIEILLES VIGNES 2008 : Le terroir est ici schisteux et granitique. la couleur est profonde. le nez est moins expansif, avec cependant de belles notes fleuries, iris notamment, et des touches épicées. La bouche est serrée, il y a de la matière, de la structure. C'est un vin solide, puissant. Lui aussi supportera une garde de cinq ans. *

Repost 0
Published by roger lévy - dans notes de dégustation
commenter cet article
23 mars 2009 1 23 /03 /mars /2009 11:15

On suit avec intérêt l'évolution de ce domaine. Pierre Martin prend de l'assurance et, depuis 2004, on sent une évolution dans le style des vins, qui s'affinent et gagnent en précision. Il est vrai que le domaine est établi sur des terroirs de grande qualité, la Côte des Monts Damnés, et le mythique Cul de Beaujeu.

SANCERRE ROSE 2007: le nez n'est pas très puissant, mais très délicat, sur les petits fruits rouges, groseille, framboise. Rosé désaltérant. (malo faite).
SANCERRE ROSE 2008 : Très jolis arômes, puissants de fruits rouges (les mêmes), avec une jolie bouche, ample, gourmande, fraîche. délicieux. **
SANCERRE CHAVIGNOL 2007 : le nez est moyennement puissant, élégant. La bouche est nette, avec une note de menthe poivrée en finale. *
SANCERRE CHAVIGNOL 2008: Très joli nez, aromatiquement puissant, mentholé. La bouche montre une belle fraîcheur, c'est aromatique, et très rafraîchissant. *
LE CUL DE BEAUJEU 2007 : Présente une belle maturité au nez, avec un volume important, de l'ampleur en bouche avec des notes épicées, poivrées. Bonne longueur et potentiel de garde évident. **
LE CUL DE BEAUJEU 2008 : Si le volume est là, il est pour le moment peu expressif au nez. Notes mentholées. Son volume important se révèle à l'aération.
CUVEE PIERRE HAUT 2006: (C'est le Cul de Beaujeu). Il s'est ouvert et donne des notes de fruits jaunes mûrs au nez. La bouche est puissante, ample et prend une bonne place en bouche. Bonne longueur. Un beau vin qui montre que ce terroir ne se révèle pas immédiatement. **
SANCERRE ROUGE 2008: Très beaux arômes de fruits rouges. la bouche a une bonne matière, un volume intéressant, et des tanins un peu fermes (malo non faite à ce moment).
SANCERRE ROUGE 2007: Le nez, bien fondu est très expressif, offrant de jolis arômes de pinot. La bouche a une densité moyenne, mais gagne à s'aérer. (La fermentation malo-lactique a été faite pour moitié en cuve, pour moitié en barriques). La finale est un peu courte. C'est bon.

Repost 0
Published by roger lévy - dans notes de dégustation
commenter cet article
23 mars 2009 1 23 /03 /mars /2009 10:49

Issus d'un domaine de 15 ha situé sur les communes de Pouilly-sur-Loire et Tracy, les vins sont produits sur les beaux terroirs de marnes kimméridgiennes et de calcaire portlandien. en culture raisonnée. Le vignes sont labourées, pour assurer un enracinement profond, et ainsi, réguler l'alimentation en eau de la plante. Le domaine évolue depuis peu, sous l'influence de David Bailly, vers des cuvées parcellaires, qui mettent en avant la richesse et la diversité des terroirs.

POUILLY-FUME LES VALLONS 2008: (sur cuve). explosif aromatiquement. Encore un peu gazeux, il apparaît très tendu. Belle maturité cependant, qui se manifeste par des notes d'agrumes.
POUILLY-FUME LES VALLONS 2007 : Magnifiques notes d'agrumes et de fleurs blanches. La bouche est parfaitement équilibrée, avec une bonne ampleur. Cela se goûte très bien. **
POUILLY-FUME LES BINES 2007: produit sur les marnes kimméridgiennes du terroir des Loges. C'est un terroir très bien exposé ou l'été chantent les cigales (les bines). Le style très mûr de la cuvée est immédiatement reconnaissable. La bouche est ample, riche, avec, en retour, des notes d'écorces d'oranges amères. Ce vin est plus sur la richesse. On pourra l'associer à des crustacés, des viandes blanches rôties. *
POUILLY-FUME LES TERRASSES 2007 : Très beau nez, très élégant, avec de jolies notes de fruits jaunes, pêche, prune. la bouche est tendue, mais encore un peu serrée. *
POUILLY-FUME LES TONNES 2007 : La bouche est d'une grande délicatesse, très expressive, avec à la fois, du gras, du volume. Très bel équilibre, avec une finale légèrement épicée. C'est un vin de belle gastronomie, qui accompagnera les plus beaux poissons, les grands coquillages, les crustacés.**

Repost 0
Published by roger lévy - dans notes de dégustation
commenter cet article
23 mars 2009 1 23 /03 /mars /2009 10:10

Serge Batard avait, cette année, peu de vins à faire déguster, comme beaucoup de vignerons de la région nantaise. La gelée du 27 avril 2008 a réduit à presque rien la récolte du millésime. C'est une grosse catastrophe pour un vigneron : tous les ans il attend avec angoisse la fin de la période des gelées. Ce sont donc les cuvées qui ont pu échapper au massacre et les cuvées bénéficiant d'un élevage plus long, et donc issues des millésimes précédents, que nous avons dégusté.
GROS-PLANT 2007 : Jolis arômes de fleurs blanches, moyennement puissants. la bouche est fraîche, bien tendue, avec une note métallique.
MUSCADET DES COTES DE GRANDLIEU LES MOYNERIES 2007: Élevage long en cuve. Très joli nez fleuri. La bouche est riche, tendu par une acidité bien dosée. Bonne longueur, joli vin. *
MUSCADET DES COTES DE GRANDLIEU LES HAUTES NOELLES 2005: Le nez est légèrement vanillé. La bouche est pleine, riche, ample. Le boisé n'est pas encore tout à fait fondu, il aurait mérité quelques mois de plus "à l'ombre", mais nécessité fait loi. Très beau vin. **
CHARDONNAY 2006 : Nez discret. La bouche est agréable, avec un retour assez riche : notes de genet, d'orange. Bonne fraîcheur. *
GAMAY 2008 : Il a échappé au massacre. Couleur moyenne. Le nez est moyennement puissant, sur les fruits rouges. La bouche est fraîche, avec un certain charme, mais une petite note végétale finale.
HEHO LE ROUGE 2007 : La couleur est très légèrement évoluée. Le nez est bien mûr, des notes épicées se sont développées. Bouche très ronde, souple.
MUSCADET DES COTES DE GRANDLIEU, LES HAUTES NOELLES 2003; Le boisé est fondu, au nez ne subsistent que des notes vanillées sur un beau fruit (fruits blancs) et des notes fleuries (genet). La bouche est très ample, très riche, avec une belle longueur. malgré le climat de l'année (la canicule), il affiche une fraîcheur juste. **

Repost 0
Published by roger lévy - dans notes de dégustation
commenter cet article
17 mars 2009 2 17 /03 /mars /2009 17:48

J'ai eu la chance de rencontrer Philippe Delesvaux lors du premier Salon des Vins de Loire, où nous débutions, ou presque, tous les deux. Jamais il n'a varié dans sa façon très exigeante de produire de grand liquoreux d'Anjou, se refusant à toute chaptalisation, puis en pratiquant une culture bio tout aussi exigeante. Sa reconnaissance est amplement méritée. Cette année encore il m'a fait déguster ses merveilles.

ANJOU ROUGE 2007 : Couleur moyenne. Le nez est fin, sur les fruits rouges. La bouche facile et coulante. Joli vin de soif. *
ANJOU BLANC FEUILLE D'OR 2007 : Or gris. Le nez est moyennement puissant à ce stade, mais d'une grande netteté., très pur dans ses notes de tilleul. La bouche est aérienne, parfaitement sans sucre résiduel. C'est un joli vin. **
AUTHENTIQUE 2007 : C'est un vin extrême. Issu de vignes franches de pied, qui donnent un rendement de 6 hl / ha. Ce n'est pas un choix de culture, c'est la nature. La concentration aromatique, et surtout minérale, non filtrée par un porte-greffe, est à son maximum, et pourtant ce sont des jeunes vignes (1 ha planté en 2000). Belle acidité NATURELLE. C'est un vin magique, qui donne énormément à penser sur les vins pré-philloxériques. N'avons-nous que de pâle copies de ces vins ?. ***
COTEAUX DU LAYON SAINT-AUBIN 2007 : Nez d'une magnifique pureté, plein d'élégance, équilibrant parfaitement arômes et notes de fond. La bouche est aérienne et cache bien sous un parfait équilibre sucre/acide ses 80 g de sucre résiduel. (17°5 potentiels). A attendre quelques années pour en profiter pleinement. ***
SELECTION DE GRAINS NOBLES 2006 : D'une grande richesse, avec un équilibre magnifique. Au nez se mêlent des notes de tilleul, d'amande et d'agrumes. L'acidité est parfaite, qui donne un équilibre unique, évitant toute lourdeur, toute impression de pâteux. Grand vin à garder longtemps...si on y resiste. ***

Repost 0
Published by roger lévy - dans notes de dégustation
commenter cet article
17 mars 2009 2 17 /03 /mars /2009 14:50

Comme tous les concours, et quel que soit le jury, ses médailles sont à prendre avec du recul, tant j'ai pu goûter des vins supérieurs à certains vins vainqueurs au cours du salon. De même, je n'ai pas goûté tous les vins, éliminant d'entrée les vins des gros faiseurs, destinés à la Grande Distribution. Pour diverses raisons, je préfère consacrer mon temps aux vins destinés au secteur "traditionnel".
Muscadets :
CLOS DES ROCHES GAUDINIERES 2005 : Terroir de gabbros du Pallet. Le nez présente une bonne minéralité, du fumé. La bouche est plutôt ample, bien tendue par une bonne fraîcheur. *
CLOS DE LA BRETESCHE 2007 :  Terroir gneiss à 2 micas. Le nez est séduisant, vif. la bouche est très tendue par une acidité forte. *

DOM. DE LA LOGE VIEILLES VIGNES 2004: Terroir de schistes et gabbros. Ce muscadet déjà évolué ou plus exactement mûr, développe de superbes notes miellées. La bouche offre un beau volume, de l'ampleur, complétées par une belle tension acide. Finale longue. **
CHATEAU DE LA TARCIERE CUVEE SCHISTES DE GOULAINE 2005: Terroir d'amphybolites; Celui-ci aussi est un vin qui a du vécu. La minéralité est forte, qui domine les arômes floraux. Bouche bien composée, ample, avec une bonne finale. *
Anjou :
DOM. GROSSET CUVEE LE VAU 2007: Terroirs de schistes de Rochefort sur Loire. Or à reflets verts. Le nez est très élégant, beaux arômes de tilleul. La bouche est large, ample, avec une bonne note minérale fumée. Se goûte déjà fort bien. **
DOM. CADY "CHENINSOLITE" 2007: schistes de Saint-Aubin de Luigné. Or à reflets verts. Le nez possède une belle minéralité et de beaux arômes bien mûrs de tilleul. la bouche est très ample, puissante, avec une belle longueur. Explosif. **
Savennières :
DOM. LA ROCHE AUX MOINES CUVEE L'ABBESSE 2007: terroir de schistes gréseux. Beaux arômes miellés, tilleul, coing. La bouche est ample, avec une belle tension qui équilibre un sucre résiduel bien présent (on est bien à 60 g) La minéralité est sensible et la longueur est belle. **
CHATEAU PIERRE BISE, CLOS LE GRAND BEAUPREAU 2007: Terroir de sables et schistes.Plus sce que le précédent, il a quand même un peu de sucre résiduel. Il est parfaitement droit, tendu, mais ne s'exprime pas avec une très forte intensité. C'est un vin qui demande 1 ou 2 ans pour se révéler et s'épanouir. **
Saumur blanc :
FREDERIC MABILEAU 2007: terroir argilo-calcaire du puy Botre-Dame. Vieilles vignes de 40 ans, vendange en deux tries, élevage avec 20 % de fut neuf. Très beau nez, très net, précis, exposant une belle minéralité, des notes citronnées mêlées de tilleul. La bouche est très vive, tendue, mais le volume est là. Belle finale pour ce vin qui sera à point dans deux ans. ***
Vouvray :
DOM. DE LA POULTIERE CUVEE TUFFO 2007: Terroir argilo-calcaire de Vernou sur Brenne. Très net, délicat, légèrement crémeux, notes de craie. La bouche est encore un peu fermée. Il y a quelques grammes de sucre résiduel, mais on peu le considérer comme sec. Bonne longueur. *
Quincy :
DOM. ADELE ROUZE 2008 : Le nez est très puissant avec des notes mentholées, de fougère, d'herbe fraîche. La bouche est légèrement tendue. C'est expressif. A essayer sur des asperges blanches des Landes. *
DOM. DE LA COMMANDERIE CUVEE SPECIALE 2008: Terroir de sables et argilo-limoneux de Preuilly. Le nez évolue vers des notes de raisin plus mûr que le précédent. Ainsi se révèlent des notes d'agrumes : clémentine et pamplemousse. La bouche est assez ample. Bonne longueur. *
Pouilly-Fumé :
DOM. CAILBOURDIN CUVEE LES CRIS 2008: Terroir de caillottes. Nez sur les agrumes, de moyenne puissance. la bouche est également d'une puissance moyenne. L'ensemble est bon, équilibré mais pas très expressif, surtout pour un vin de caillottes. *
DOM. MICHEL REDDE ET FILS LA MOYNERIE 2007: Terroirs de marnes calcaires et d'argiles à silex.Le nez est puissant et complexe, avec de belles notes d'agrumes, et une minéralité nette. La bouche est très puissante, tendue. Ce vin a du muscle. belle longueur. **
DOM. SERGE DAGUENEAU ET FILLES CUVEE TRADITION 2008 : D'un style bien mûr, on a des arômes de pamplemousse, d'orange. La bouche est croquante, avec une bonne acidité. C'est friand et très agréable. **
Anjou rouge :
DOM. DE LA BERGERIE CUVEE LA CERISAIE 2007 : Terroir argilo-schisteux, de Champs sur Layon. Très joli fruit, mi-rouges, framboise, cerise, mi-noirs, cassis. La bouche est souple, avec un volume moyen, mais c'est facile et très sympa.
VIGNOBLES REGNARD DE LA VILLE FROMOIT 2008: Terroir argilo-schisteux. Couleur pourpre violacé. Nez de fruits rouges avec une note de poivron. La bouche est souple et coulante avec des tanins un peu secs.
DOM. DE BRIZE CLOS MEDECIN 2007: Terroir silico-argileux et schistes gréseux. Belle couleur. Le nez est élégant avec un joli boisé fin. La bouche a un bon volume, une bonne matière et des tanins affirmés mais fins. A attendre un ou deux ans à mon avis. **
DOM. LES GRANDES VIGNES CUVEE LES COCAÏNELLES 2007 : Terroir de faluns et schistes. Belle couleur. Le nez est oblitéré par un boisé un peu trop toasté et trop puissant, qui masque le fruit. L'amplitude en bouche est bonne, mais les tanins sont un peu durs. Demande au minimum à se fondre mais je ne suis pas sûr que l'élevage soit bien adapté. *
CH. LA VARIERE CUVEE GRANDE CHEVALERIE 2005 :C'est un Anjou Villages Brissac. Terroir de graves. Très forte couleur. Le nez est marqué par un boisé trop fort et trop toasté ici aussi. La matière est belle en bouche mais les tanins sont desséchants. Ce vin ade la matière mais n'a pas encore trouvé un équilibre avec son élevage. Le trouvera-t'il ?
CH. LA VARIERE CUVEE JACQUES BEAUJEU 2007 : Terroir calcaire. Ici aussi la matière est importante. On a beaucoup extrait matière et couleur au dépends de la finesse. Les tanins sont secs.
Saumur-Champigny :
CH. DE TARGE "QUINTESSENCE" 2006: Terroir argilo-calcaire. Belle couleur concentrée. Le nez est très marqué par un boisé de qualité. La bouche est dense, serrée, élégante, pleine de finesse. Bons tanins. *
DOM. LA BONNELIERE CUVEE SYMPHONIE 2007: terroir argilo-calcaire. Bonne couleur. Le nez est expressif, avec un joli fruit habillé d'un léger boisé.La bouche est de densité moyenne à forte. L'ensemble est plaisant, bien fait. Joli vin. *
DOM DE LA BONNELIERE CUVEE PRESTIGE LES POYEUX 2007  : Le nez est expressif également. Avec un boisé plus discret, plus inclus. Le fruit est séduisant. Bouche bien constituée. C'est pur et bon. *
Saint-Nicolas de Bourgueil :
FREDERIC MABILEAU CUVEE LES COUTURES 2007 :Terroir de graviers. Grande maitrise dans l'équilibre général. Un boisé de qualité, bien dosé, un joli fruit, une matière à la fois solide et séduisante. Joli vin de graviers. **
DOM. JOEL TALUAU CUVEE LE VAU JAUMIER 2007: Sur ce beau coteau argilo-calcaire qui domine Saint-Nicolas, Joël Taluau a fait un vin d'une belle couleur, qui annonce un vin riche.Le nez est net avec un beau fruit. La bouche est très ronde, souple, pleine, avec un élevage qui sait s'effacer. ***
DOM. DES CHESNAIES CUVEE PRESTIGE 2005: Terroir argilo-calcaire sur coteau. Beaucoup de couleur.Le nez est plutôt refermé maintenant. Notes animales perceptibles.La bouche est puissante, très serrée, avec encore des notes animales. Tanins un peu rustiques, qui demandent à se fondre.
Chinon :
DOM. DE BEL AIR CUVEE LA FOSSE AUX LOUPS 2007: Terroir de graves. Couleur pourpre violacé. Le nez est très agréable, sur le fruit, net. La bouche offre une matière moyenne+, mais c'est équilibré et donne un joli plaisir. Vin de consommation rapide, plaisant, gourmand. **
PIERRE ET BERTRAND COULY CHINON 2007: Terroir argilo-calcaire. Couleur profonde. le nez est très pur, très net, avenant. La bouche est également bien construite, équilibrée. Tanins serrés. **
VDQS Côtes d'Auvergne :
CAVE SAINT VERNY CUVEE BASALTE 2007: Ici c'est du gamay sur basalte, assemblage original que je goûte pour la première fois.Le boisé est un peu fort sur ce joli vin intéressant. Le gamay donne ici un vin de bonne densité avec un fond intéressant. Jolie constitution. *
Vouvray mousseux :
DOMAINE GAUTHIER 2006: Terroir argilo-calcaire. Très jolies notes de tilleul, sur ce mousseux aux bulle très fines et persistantes. La bouche est ample, briochée. C'est très bien. ***
Crémant de Loire :
DOM. DELAUNAY CREMANT DE LOIRE 2006: Terroir argilo-calcaire. C'est léger et fin. Belles bulles très fines. Cela se boit avec plaisir. Vin désaltérant et bien fait. Pour apéritif d'été. **
Bonnezeaux :
CH. LA VARIERE CUVEE LES MELLERESSES 2007 : terroir de schistes carbonifères) C'est un vin d'une grande richesse en sucre résiduel. Les arômes miellés sont de bonne qualité mais le vin semble un peu écrasé par sa richesse. Cela le rend un peu lourd et pâteux.
CH. LA VARIERE CUVEE LES MELLERESSES 2006: Je ne sais si un an e plus ou l'effet millésime joue, mais l'équilibre est meilleur, avec un fruit plus aérien, plus dégagé et une minéralité plus sensible qui apporte de la complexité. *
Quart de Chaume :
CH. LA VARIERE 2007 : Notes de confiture d'agrumes, de coing, de melon, de tilleul. L'équilibre est bon, avec une richesse encore très importante. *
Coteaux du Layon Saint-Aubin :
DOM DE LA FORGE 2007 : Grande richesse également, tilleul et agrumes au nez. La bouche est très riche et repose sur une belle acidité. **

Repost 0
Published by roger lévy - dans notes de dégustation
commenter cet article
16 mars 2009 1 16 /03 /mars /2009 18:23

Le traginer est, en catalan, le muletier. L'oncle du propriétaire, Jean-François Deu, était en effet, dernier muletier du cru. Le domaine couvre 9 ha de vignes, cultivées en bio depuis 1997, sur ces magnifiques terrasses de schistes.
Le mulet est encore là, pour les labours. Bien entendu, la vinification se fait sans levurage, sans enzimage. La plupart des vins ne sont ni collés ni filtrés, et le SO2 est utilisé parcimonieusement, voire pas du tout.

COLLIOURE BLANC 2006 : grenache blanc, grenache gris, malvoisie). Très puissant au nez, sur les fruits jaunes, le nelon, la figue fraîche. La bouche est très ample, d'une grande richesse. Finale souple et longue. **
COLLIOURE BLANC 2005 : Avec un caractère de vin de voile, noix fraîche et fruits méditerranéens au nez.. Il développe une énorme puissance. Dans un style proche du 2006, il est cependant beaucoup plus fermé actuellement. **
COLLIOURE ROUGE 2006 : (Grenache noir, carignann, syrah, mourvèdre) Au nez on retrouve à la fois les fruits rouges de la syrah et du carignan et les notes de tabac brun courantes chez le carignan. Elevé en foudres, il offre une bonne densité et un style ancien.

COLLIOURE ROUGE CUVEE OCTOBRE 2005 : Lui est élevé en barriques. Le fruit est plus direct et la matière plus dense. L'élevage plus raffiné, plus moderne le rendent plus aimable. Bonne longueur. **
COLLIOURE CUVEE AL RIBERAL 2006 : (carignan, syrah, grenache, mourvèdre). Lui est élevé en cuves inox. Beaucoup de fruit, très dégagé, brillant, avec l'apport de 50 % de syrah. La bouche est puissante et riche, avec du jus, de la sève.beaux tanins, très plaisant. **
COLLIOURE CUVEE CAPATAS 2004 : (élevé en barriques). Le fruit est ici moins généreux, (millésime, élevage). Le boisé accentue les notes de tabac brun sur des fruits secs. Ample et riche en bouche, avec des tanins légèrement rustiques. Un vin de tradition.
COLLIOURE CUVEE CAPATAS 2006 : Le fruit est encore très présent, sur la jeunesse. En bouche il propose un équilibre tanins-matière supérieur à celui du 2004. Il présente plus de charme, et, me semble-t'il un meilleur équilibre. **
BANYULS 2006 RIMAGE : Beaucoup de fruit, cerise très présente, avec une minéralité très affirmée. On le destinera aux fromages puissants. **
BANYULS 2007 RIMAGE : Le fruit est encore plus éclatant, plus frais. Sa vigueur et sa puissance aromatique le destinent également aux desserts de fruits. **
BANYULS GRAND CRU 2003 : L'évolution accentue la complexité de ce merveilleux vin : noix, fruits secs : datte, figue. Puis viennent les notes de torrefaction : café, réglisse. Belle longueur. Parfait compagnon du chocolat. ***
BANYULS AMBRE (grenache gris, grenache blanc, muscat). Avec des notes minérales fortes, il s'exprime sur les fruits secs, la figue, le melon, la datte. Très ample en bouche, il s'étale également longuement. J'imagine de belles associations avec des desserts chocolat/café. ***

Bel ensemble de vins, très purs. On peut regretter la multiplication des cuvées (élevages différents) en Collioure, c'est un peu compliqué. De très beaux Banyuls, à ne pas laisser passer. Dommage également que Monsieur Deu ne soit pas un grand communiquant. On aimerait entrer plus avant dans son excellent travail.

Repost 0
Published by roger lévy - dans notes de dégustation
commenter cet article
10 mars 2009 2 10 /03 /mars /2009 23:17

Le domaine a été fondé en 1992. Depuis 1993 il a trouvé sa personnification, à travers un jeune oenologue allemand formé à Montpellier, Matthias Wimmer, qui vit ce domaine  avec passion. Depuis 1996, le propriétaire, Christian Raimont lui permet d'aller aussi loin que possible dans la recherche de la qualité. Le vignoble est conduit en culture organique, je préfère ce mot à bio. Le domaine comprend 26 ha et on y cultive les cépages suivants, Grenaches noir et blanc, Syrah, cinsaut, carignan, counoise, mourvèdre, rolle, roussane.

DOMAINE D'EOLE, BLANC 2008 : (Grenache blanc, rolle). Aromatique, fruits blancs. Beaucoup de fraîcheur, aérien, élégant. **
CONFIDENCE BLANC 2007 : (70 % roussane, 15 % rolle, 15 % grenache blanc). Il se déroule avec tout d'abord une très belle aromatique sur les fruits blancs, pêche, abricot. En bouche, une grande plenitude, un long développement. C'est remarquable. ***
EOLE ROSE 2008 : (50 % grenache, 20 % cinsaut, 15 % counoise, 5 % mourvèdre, 5 % carignan). De ce beau mélange de cépages, comme des sources qui se mêlent pour former un beau cours d'eau, nait un rosé très pâle, joliment aromatique. C'est un panier de fruit, avec de la vivacité, de la fraîcheur. Délicieux. **

EOLE ROSE 2007 : Il a perdu un peu de brillant, mais reste puissant. Il a évolué vers des notes épicées. Cela reste très intéressant. *
EOLE RESERVE DES GARDIANS 2006 : (40 % grenache, 20 % cinsaut, 20 % syrah, 20 % carignan). Il se caractérise par un fruité très mûr, confiture de cerise notamment. En bouche il conserve une bonne fraîcheur, sur une matière moyenne.
EOLE 2006 : (45 % grenache, 40 % syrah, 10 % carignan, 5 % mourvèdre).Très beaux arômes, très mûrs, sur les fruits compotés. La bouche, bien équilibrée se prolonge longuement, sans lourdeur. *
EOLE CUVEE LEA 2004 : Couleur profonde. le nez est très mûr, un peu cacaoté. Le boisé est encore sensible. la bouche offre un bel équilibre, de la richesse mais sans excès. A encore besoin d'un ou deux ans. Je trouve à ce stade, le boisé un peu excessif. un peu "entre deux".
EOLE CUVEE LEA 2005 : (55 % grenache, 45 % syrah). Le fruit est beaucoup plus présent, avec une puissance énorme. L'équilibre est ici parfait, me semble-t'il, avec un boisé tout à fait bien dosé, il est vrai, fac à une matière tout à fait énorme. C'est un grand vin, qu'il faut attendre trois à cinq ans au moins. ***

Repost 0
Published by roger lévy - dans notes de dégustation
commenter cet article
10 mars 2009 2 10 /03 /mars /2009 22:21

C'est toujours un plaisir de rencontrer des vignerons sympathiques. C'en est un autre de rencontrer des vignerons modestes. Et respectueux de leur terroir. Et artistes. Oui, vous l'avez compris, j'ai un coup de coeur pour ce jeune domaine, conduit en biodynamie. Il est situé à Corconne, au pied des Cévennes, entre Nîmes et Montpellier, dans cette zone d'appellation que l'on définit comme le Pic Saint-Loup. Le terroir est composé d'éboulis calcaires de forte épaisseur, avec des lentilles d'argile. Ce terroir garantit une alimentation en eau par capillarité, et il offre la particularité d'être très clair, réfléchissant les rayons du soleil le jour durant. En revanche les nuits sont fraîches (altitude, courants d'air descendant des Cévennes). Je dois préciser que j'aime également beaucoup le style des étiquettes de ce domaine, joliment déssinées, modernes mais de bon goût, élégantes.

PAULETTE 2006 : (Vin de Table, carignan 100 %). Rouge clair. Acidulé avec un joli nez de fruits rouges. C'est un vin digeste, léger, agréable.
JARDIN DES SIMPLES 2007 : (Languedoc AOC, 70 % cinsaut, 30 % syrah). Très joli fruit au nez, fruits rouges précisément. La bouche est superbement digeste et équilibrée, avec une grande buvabilité. Un bonne fraîcheur finale termine le tout. *
ELLIPSE 2007 : (Languedoc AOC, Syrah, Carignan, mourvèdre jeunes). Très joli fruit, vif, élégant, gourmand. La bouche, avec une certaine puissance, s'équilibre parfaitement par une bonne fraîcheur. C'est gourmand et plaisant à boire. **
NUIT D'ENCRE 2007 (Vin de Table, Alicante 95 %, cinsaut 5 %). De ce cépage "teinturier", il tire sa couleur d'encre saisissante. Arômes de pruneau, de fruits cuits, avec une note chocolatée. Bouche souple, gourmande, avec des tanins très soyeux, peu sensibles, mais présents. *
FLEUVE AMOUR 2005 : (Pic Saint-Loup AOC, 45 % syrah, 45 % grenache, 10 % carignan). Il tire son nom d'un poème de Joseph Delteil, et est issu des plus vieilles vignes du domaine. Au premier oeil, il présente une énorme couleur. Le fruit est très riche, beaucoup de sève, de jus. La bouche reste très gourmande, avec franchise, netteté, pureté. La finale est fraîche. C'est délicieux à boire, non boisé, au fruit très pur. **

Ce qui me semble caractériser les vins de ce domaine, c'est l'absence de boisé, qui dégage incroyablement le fruit. Ensuite, comme de nombreux vins issus de la biodynamie, c'est la "buvabilité", la digestibilité, qui donnent une belle envie d'y revenir.

Repost 0
Published by roger lévy - dans notes de dégustation
commenter cet article
10 mars 2009 2 10 /03 /mars /2009 21:35

Tout d'abord je veux préciser que les vins du Jura sont sans doute ceux que je connais le moins bien en France. Ces commentaires sont à prendre avec un peu de recul, car j'ai eu du mal à saisir ces vins, et j'ai hésité à mettre ces commentaires sur ce blog.
L e domaine de la Pinte est très ancien mais il n'avait pas survécu à la crise du phylloxéra. Il fut recréé dans les années 1950 et un magnifique chai fut achevé en 59. Il compte une vingtaine d'hectares, conduits en viticulture bio et plantés sur les marnes bleues du lias qu'on retrouve à Château-Chalon.
ARBOIS PULILLIN CHARDONNAY 2006 : Très solaire, très mûr, très puissantil développe des arômes de fruits jaunes, d'agrumes. La bouche est très puissante et s'achève par une belle note de fraîcheur. *
ARBOIS 2004 (Savagnin) : Très beaux arômes, très puissants, de noix fraîche. En bouche on est surpris par sa puissance, équilibrée cependant par une belle fraîcheur. Il finit longuement. **
ARBOIS ROUGE 2003 (Poulsard) : Couleur évoluée. Très oxydatif au nez. La bouche n'est pas très dense, et la finale est un peu sêche. Suis-je passé à coté ?
ARBOIS 2003 (Trousseau) : Lui aussi a une couleur très évoluée. Le nez présente encore du fruit (griotte), mais la bouche, pas très dense se termine éaglement par des tanins assez secs.
ARBOIS LES GRANDES GARDES 2005 (Pinot noir) : De la réduction au nez, qui oblitère le fruit. Les arômes pinotés arrivent ensuite avec des notes de cassis, de bourgeon de cassis. La bouche est serrée. avec des tanins sensibles.
ARBOIS VIN JAUNE 2001 : Arôme de noix légèrement séchée. Il offre une grande délicatesse, un bel équilibre. Le volume en bouche est superbe, avec une petite amertume bienvenue et une grande longueur. *
VIN DE PAILLE, ARBOIS 2004 : s'y mêlent des arômes de noix fraîche et de fruits confits, de confiture de reine-claude. La bouche est assez charnue et se poursuit longuement. *

Repost 0
Published by roger lévy - dans notes de dégustation
commenter cet article