Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Texte Libre

Recherche

Archives

16 mai 2016 1 16 /05 /mai /2016 12:09

D’ALIX : Nez très mûr, élégant, riche. Bouche puissante, avec un volume important. Tel quel il est séduisant mais manque d’un peu de fraîcheur. *

BARET : Assez traditionnel dans sa forme, avec une touche sauvignonnée nette. Bon équilibre

BOUSCAUT : Très beau nez mûr, ample, élégant, sans boisé couvrant les arômes. Bouche riche et ample. Très beau vin, le meilleur Bouscaut blanc jamais dégusté. ***

BROWN : Il a su garder de la fraîcheur, avec un bon volume. Petite amertume finale cependant.

LE BRUILLEAU : Très beau volume et belle élégance. La maturité donne des notes de pain grillé intéressantes. Mais une légère amertume gâte la finale.

CARBONNIEUX : Il est marqué par la belle maturité du millésime. Egalement marqué pa la minéralité et un boisé de bonne qualité. Ample, un beau Carbonnieux. **

LAFON-MENAUT : On est ici dans un profil classique, sauvignonné. Encore très gazeux. Manque d’élégance, mais pas mal.

LESPAUT-MARTILLAC : Il propose une belle puissance et une élégance tout à fait notables, qui confirment le potentiel du terroir et le savoir-faire de l’équipe de Chevalier. Elégant et puissant. **

LA SOLITUDE : Un ton légèrement en dessous en ce qui concerne la noblesse, c’est cependant un beau vin blanc qui allie puissance et longueur. *

CHEVALIER : Enorme millésime, avec une puissance, une qualité aromatique et une longueur remarquables. Un vin magnifique, qui manque peut-être d’un peu d’acidité pour franchir les décennies. ***

COUHINS : Profil classique, très marqué par le sauvignon (85 % + 15 % de sauvignon gris, ne l’oublions pas), avec une fraîcheur rare cette année. Mais il n’a pas, à ce stade, la complexité des meilleurs.

COUHINS-LURTON : Lui aussi présente le caractère très mûr du millésime qui met moins en valeur le dynamisme du sauvignon, mais laisse voir une belle minéralité qui apparaîtra dans les cinq ans au minimum. *

CRUZEAU : Il présente un profil aromatique très mûr. En bouche, il présente une certaine sucrosité (?) due à une acidité faible. Facile.

ROCHEMORIN : A son niveau il présente un très bel équilibre, fraîcheur, complexité. Bonne longueur, très réussi. *

LA LOUVIERE : Typé mûr aromatiquement, il offre cependant un très beau volume en bouche. A la fois élégant et vertical, malgré le gras du millésime et l’acidité somme toute faible. *

FERRAN : Très réussi, avec un bon équilibre entre la fraîcheur, le fruit et le gras. *

FIEUZAL : Il offre un profil original pour le millésime. Nez très puissant qui affiche une grande élégance. La bouche évite la lourdeur pour ne garder qu’élégance et maturité, dans un équilibre parfait. Très belle longueur. ***

FRANCE : Très juteux, avec un côté « agrumes » très marqué. Il est extrêmement plaisant avec un équilibre très favorable. **

LA GARDE : Marqué par un boisé toujours fort et extérieur au vin, on peut cependant noter une évolution vers un boisé plus discret. Il est cette année à la fois très mûr et épicé. Bonne longueur dans un style démonstratif.

GRANDMAISON : Lui aussi est dans le style très mûr du millésime. Bouche juteuse sur les agrumes. Très plaisant, buvable rapidement.

D’ECK : C’est une confiserie. Comme à Cruzeau, il y a une sucrosité marquée. Et les arômes vont également vers le bonbon à l’orange.

HAUT-BERGEY : Il a lui aussi ce caractère de sucrosité, mais moins marqué, et présente plus de longueur et de verticalité. Mais c’est un millésime facile, vite à boire. *

HAUT-LAGRANGE : Bon équilibre, avec une toute petite amertume. C’est mûr et bon. Il lui manque un tout petit peu d’élégance pour passer au niveau au-dessus.

HAUT-NOUCHET : On a su conserver un maximum de fraîcheur pour rester sur le profil traditionnel, sur les agrumes. Vif et fin.

LAFARGUE : Un boisé de qualité, mais légèrement couvrant cette année encore, sur un vin au très beau nez. La bouche offre une bonne élégance, de l’ampleur. Sera très intéressant dans trois à quatre ans. *

LARRIVET-HAUT-BRION : A la fois rafraîchissant, élégant, ample, il offre un axcellent équilibre et on peut le qualifier de très réussi. **

LATOUR-MARTILLAC : Très agrumes au nez, avec un boisé de qualité mais un peu fort. Bouche fraîche et équilibrée. *

LUCHEY-HALDE : Très agrumes également, avec une bonne maturité, une verticalité intéressante, de la fraîcheur. *

GAZIN-ROQUENCOURT : Un peu simple dans son expression aromatique (100 % sauvignon), mais un très bel équilibre avec de la fraîcheur et du mordant. *

MALARTIC-LAGRAVIERE : Il a tout pour lui, puissance, richesse aromatique, avec cependant un boisé un peu chaud qui apporte des notes lourdes qui lui ôtent un peu d’élégance. Il faudra attendre que ce boisé ce fonde pour que le vin reprenne le dessus. **

MARSALETTE : A la fois dense, élégant, avec un profil équilibré, c’est une belle réussite. **

OLIVIER : Très belle réussite, avec un nez explosif, beaucoup de puissance en bouche et une grande longueur. Il lui manque peut-être un peu de complexité par rapport aux meilleurs, mais c’est une grande réussite. ***

PAPE CLEMENT : Un très beau vin, alliant à la fois la puissance, l’élégance, dans un équilibre magnifique. ***

ROUILLAC : Il présente une certaine sucrosité, déjà rencontrée ailleurs, associée à un boisé sensible. Le tout donne un vin plutôt facile et commercial, vite agréable.

LE SARTRE : Le sauvignon très mûr est sa marque, avec également une certaine sucrosité. La bouche est souple. A boire rapidement.

Partager cet article

Repost 0
Published by Roger Lévy - dans dégustations
commenter cet article

commentaires